Trop de musées inaccessibles : une formation voit le jour !

Seuls 37 % des musées sont formés à l'accueil des visiteurs handicapés. Pour améliorer l'accessibilité de la culture, 3 asso lancent "Mon musée accessible", un e-learning gratuit destiné à tous les pro du secteur. Au menu : 8 modules ludiques !

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

8 000 musées en France. Combien sont formés à l'accueil des visiteurs en situation de handicap ? 37 %... seulement, tandis que 535 disposent de la marque d'Etat « Tourisme & handicap ». Pourtant, depuis la loi du 11 février 2005, les établissements recevant du public se doivent d'être accessibles à tous. Ce manque d'adaptation accentue, encore un peu plus, l'exclusion de ces publics du monde de la culture et, in fine, de la société en général. C'en est trop pour Make.org Foundation, l'Association tourisme & handicaps (ATH) et Action handicap France qui lancent, en juillet 2022, le e-learning gratuit « Mon musée accessible » (en lien ci-dessous). Son ambition ? Former 75 % des collaborateurs de 2 000 musées à l'accueil de toutes les personnes en situation de handicap puis favoriser leur labellisation.

Accueillir ET accompagner !

Cette formation, qui a vu le jour après 18 mois de travaux, est l'une des actions de la « Grande cause culture pour tous », initiée en 2018 par la plateforme de mobilisation citoyenne Make.org. Lors d'une consultation nationale, à laquelle 400 000 Français avaient participé, la question de l'accessibilité des lieux culturels était ressortie comme une priorité. Cet outil « répond donc à un besoin réel », souligne Rémy Leclercq, directeur général de Make.org Foundation. On l'a dit, 63 % des musées ne disposent pas de formation à l'accueil des personnes handicapées. « Rentrer dans un musée, c'est bien, mais pouvoir le visiter comme tout le monde, c'est mieux », estime Isabelle Rouls, directrice des publics du musée du Quai Branly, qui se dit « fière » d'avoir obtenu le label « Tourisme & handicap », « seul moyen d'identification fiable d'une accessibilité pour les quatre familles de handicap ». C'est ce « lieu de découverte de l'autre, de rencontre et d'acceptation des différences », qui accueillait, le 14 juin 2022, la conférence de presse dédiée au lancement de cet outil « essentiel », espérant inciter d'autres musées à s'engager.

8 modules pour 6 métiers différents

Plus qu'une « formation » qui, au sens juridique du terme, doit durer au minimum 14 heures et remplir un certain nombre de critères, cet e-learning a donc vocation à sensibiliser tous les métiers de l'espace culturel (managers, scénographes, médiateurs...), via des modules ludiques, des quizz, des vidéos, des témoignages... Enjeu majeur ? « Penser accessibilité » dès la construction de l'expérience culturelle. Il propose ainsi huit modules qui concerne six professions différentes : « Qui sont les personnes en situation de handicap ? », « Quels sont les enjeux de l'accessibilité dans les musées », « Pourquoi et comment impliquer tous les salariés ? », « Quel intérêt d'avoir un cahier des charges de communication adapté aux personnes à besoins spécifiques ? », « Comment adapter sa programmation culturelle ? », « Prendre conscience de son rôle dans la chaîne de l'accessibilité », « Adapter les dispositifs de visite de façon multisensorielle » et, enfin, « Garantir la sécurité des personnes en situation de handicap ». A noter qu'il faut suivre au moins trois modules pour obtenir une attestation qui valorise les compétences acquises, particulièrement utile pour les personnes en recherche d'emploi.

Pour y accéder, deux options : soit le directeur du musée prend contact avec la plateforme pour inscrire son équipe, soit les employés s'inscrivent de manière individuelle. Pour les simples curieux qui aimeraient se renseigner sans pour autant travailler dans un musée, il est possible de s'inscrire en mode « invité », sans attestation à la clé.

Elaboré avec des musées et des associations

La valeur ajoutée de cet outil ? « Un plan d'action opérationnel immédiat et accessible à tous », répond Thierry Renaudin, secrétaire général du musée Victor Hugo, à Paris, qui a participé à son élaboration. « Il a, en effet, été développé avec l'aide de onze musées, des grands, des petits, mais aussi des associations spécialisées et des acteurs du handicap, qui connaissent bien les enjeux et les attentes spécifiques », assure Annette Masson, présidente de l'ATH. « Ravi que, pour une fois, on nous demande ce que l'on veut », se félicite Pierre Ciolfi, administrateur de Valentin Haüy, une association qui, « en gros, a l'âge de la Tour Eiffel » et défend les intérêts des personnes déficiences visuelles. « Il existe deux millions de personnes malvoyantes en France, dont 65 000 aveugles, pour qui il est important de se sentir en confiance et en sécurité lors de leurs sorties culturelles », rappelle-t-il. Prochaine étape ? « Un contenu culturel 100 % accessible, s'enthousiasme Pierre Ciolfi. Et, cette fois, l'objectif sera, non pas de 2 000, mais de 8 000 musées ! » Un sacré chantier...

En effet, selon la seconde édition de l'étude « Handicap & culture » menée par la Fondation Malakoff Humanis, qui a également participé au financement de cet e-learning, 52 % des personnes en situation de handicap considèrent l'accès à la culture comme « difficile », a fortiori les musées à qui ils préfèrent le cinéma (article en lien ci-dessous). Le scénario est-il en passe de changer avec le lancement de « Mon musée accessible » ?

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.