L'ONU inquiète pour les enfants ukrainiens en institutions

Près de 100 000 enfants en Ukraine, dont la moitié sont handicapés, vivent dans des institutions ou internats et il est crucial de prendre des précautions avant de les évacuer vers un autre pays pour fuir l'invasion russe, s'est inquiété l'ONU.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

Alors que, par exemple en France, Adrien Taquet, secrétaire d'Etat chargé de l'Enfance et des familles, déclare que « les enfants en situation de handicap qui sont dans des institutions en Ukraine doivent être prioritaires pour bénéficier des couloirs humanitaires » (article en lien ci-dessous), le Haut-commissaire aux réfugiés de l'ONU et la cheffe de l'Unicef ont allié leurs voix le 7 mars 2022 pour rappeler que le mieux pouvait parfois être l'ennemi du bien et qu'une évacuation sans prendre les précautions nécessaires pouvait mal se terminer, en mettant les enfants à portée de prédateurs et de trafiquants.

Ne pas séparer les familles

"Nous avons des informations selon lesquelles des institutions cherchent à mettre les enfants en sûreté dans des pays voisins ou au-delà", écrivent les deux responsables, alors que la guerre a déjà forcé 1,7 million d'Ukrainiens à fuir leur pays dont des centaines de milliers d'enfants. S'ils reconnaissent que les évacuations peuvent sauver des vies, il "est indispensable que l'on puisse obtenir l'autorisation des parents ou des gardiens", ont souligné Filippo Grandi et Catherine Russell. "En aucun cas, les familles ne devraient être séparées à cause d'une relocalisation ou d'une évacuation", ont-ils souligné. Les gens responsables des enfants dans les institutions doivent s'assurer que les autorités ukrainiennes sont informées de même que les autorités des pays d'accueil, en particulier les services de l'enfance. Dans la mesure du possible, les jeunes évacués doivent avoir leurs papiers d'identité et leur dossier avec eux.

Ils ont aussi souligné "que les adoptions ne doivent pas être autorisées pendant ou tout juste après des situations d'urgence", même si les familles d'accueil ou des foyers peuvent offrir "une protection critique". "Il faut faire tous les efforts possibles pour réunir les enfants et leur famille si cette réunification est dans le meilleur intérêt de l'enfant", soulignent encore les deux responsables.

 © Photo d'illustration générale

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2022) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.