20 sept. : les ministres réunis pour parler handicap

Résumé : Le 20 septembre 2017, Edouard Philippe réunit ses ministres à Matignon pour le 1er Comité interministériel du handicap (CIH) du quinquennat Macron. Au menu : les ressources mais pas seulement. Qu'attendent les personnes concernées ?

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

La revalorisation de l'Allocation adulte handicapé (AAH), très attendue par les bénéficiaires et qui devrait intervenir en deux temps à partir de 2018, doit être annoncée mercredi 20 septembre 2017, à l'occasion du premier Comité interministériel du handicap (CIH) du quinquennat, à Matignon.

Une augmentation pas si massive

Pendant la campagne, Emmanuel Macron avait promis d'augmenter à 900 euros l'AAH, dont le montant maximal est actuellement de 810,89 euros par mois pour une personne seule. Le Premier ministre Edouard Philippe avait confirmé en août que l'AAH augmenterait dès 2018 "de façon assez massive". Selon un député REM membre de la commission des finances, les bénéficiaires de l'AAH auront un "premier gain en 2018" et le seuil des 900 euros sera atteint "en 2019" (article en lien ci-dessous).

Une AAH à 1 000 euros ?

Le niveau envisagé est d'ores et déjà jugé insuffisant par les intéressés. Eric Michiels, à l'origine d'une pétition sur change.org signée par plus de 140 000 personnes, dit vouloir "une AAH au minimum au niveau du seuil de pauvreté", soit proche de 1 000 euros par mois. Une trentaine de personnes s'étaient rassemblées la semaine dernière près de l'Assemblée nationale pour porter cette revendication, et protester contre la prise en compte des revenus du conjoint dans le calcul de l'AAH. "Pour se mettre en couple, déjà, il faut trouver quelqu'un, ensuite trouver un logement adapté et après dire à la personne : 'Maintenant je vais vivre à tes crochets parce que moi je n'ai rien'. Ça bloque l'amour", a regretté auprès de l'AFP M. Michiels, devenu handicapé moteur à la suite d'un syndrome qui l'a touché il y a trois ans.

D'autres revendications

Les ressources ne sont que l'un des sujets de préoccupation des personnes handicapées. Les associations citent également l'accessibilité des transports et lieux publics, l'accès aux soins, la scolarisation ou encore l'emploi. L'Association des Paralysés de France (APF) attend "que le gouvernement dévoile la feuille de route de sa politique du handicap pour les cinq années à venir". Elle souhaite "que soient levées les inquiétudes" suite aux premières orientations du gouvernement : "diminution des contrats aidés, baisse des APL, baisse des dotations aux collectivités locales" ou encore "allègement des normes" dans les constructions de logements.

Avec le budget suffisant

"On a des retours de personnes dont les contrats aidés n'ont pas été renouvelés, ou qui ont appris leur suppression quelques jours avant leur prise de fonction", souligne auprès de l'AFP Arnaud de Broca, secrétaire général de la Fnath (accidentés de la vie), qui désire savoir "quelle politique de l'emploi l'Etat veut impulser pour les personnes handicapées". Plutôt qu'"un catalogue de mesures à la Prévert" qui ne seraient pas suivies d'effet, il attend du CIH "une volonté politique avec une implication de tous les ministères, une méthode de concertation et des axes de travail", avec des moyens budgétés dès le projet de loi de finances (PLF) de 2018.

Urgence sur l'accompagnement

Luc Gateau, président de l'Unapei (associations de personnes handicapées mentales), souhaite que soit pris en compte le dernier CIH du quinquennat Hollande, en décembre 2016. "De nombreux éléments méritent une continuité" pour mieux inclure les personnes handicapées dans la société, a-t-il estimé. Il demande en outre "un véritable plan d'urgence concernant le trop grand nombre d'adultes et enfants sur liste d'attente pour des accompagnements spécialisés". Car le projet mis en oeuvre depuis la fin 2015, baptisé "une réponse accompagnée pour tous", relève à ses yeux "davantage du pansement que de la solution".

Personnes vieillissantes

M. Gateau voudrait par ailleurs que les pouvoirs publics se préoccupent du vieillissement des personnes handicapées, un sujet "pour l'instant un peu ignoré". "Les familles parfois sont isolées, épuisées, les aidants de plus en plus âgés ne peuvent plus assumer l'accompagnement de leurs enfants devenus adultes". Le CIH abordera tous les sujets permettant d'"améliorer le parcours de la personne handicapée, de la naissance à la vieillesse", promettait récemment la secrétaire d'Etat en charge du handicap, Sophie Cluzel. 

Par Pascale Juilliard

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 18-09-2017 par FRANCKY63 :
augmentation des pensions invaliditées ?

Le 18-09-2017 par luc :
bonjour
pour rappel , un SESSAD PRO est aussi un moyen qui permet d accompagner les jeunes en situation de handicap pendant l école , mais surtout pour préparer un véritable projet professionnel ou projet de vie ; comme nous le faisons au SESSAD PRO de Noyon depuis de nombreuses années
luc lemaire
éducateur

Le 18-09-2017 par Vieuville Pierre :
Encore une fois, les personnes souffrant de troubles psychiques sont les grands oubliés des réformes. Famille et Tendresse accompagne ces personnes dans leur parcours de réhabilitation psychosociale par la rééducation socioprofessionnelle.

Le 18-09-2017 par Mercier F :
je suis une personne en situation d'handicap et je sais que c'est de vivre en dessous du smic quand on nous baisse l'aah et de vivre avec quelqu'un qui est sur curatelle, j'ai beau leur dire que mon argent ne va pas sur le compte de mon conjoint et vice versa sauf pour payer le loyer, la curatelle me verse la moitié, dur de vivre avec 850€ pour moi toute seule et je dois me démerder à gérer mon compte tout en payant les factures et il me reste pas grand chose pour vivre jusqu'à la fin du mois. je ne peux même pas sortir et je dois faire attention à ne pas dépenser plus,je demanderais l'indexation des revenus du conjoint je sais qu'il y a un barème à ne pas dépasser mais tout même l'handicap reste à vie !

Le 19-09-2017 par Chacha :
Parler, parler et faire des promesses : nous en avons raz le bol de vos paroles! Beaucoup d'argent sert à engraisser des gens qui se fichent du handicap! Pourquoi ne pas confier ces missions aux personnes concernées? Pourquoi les personnes handicapées sont elles aussi invisible en France???
Oui, le constat est alarmant!
Les personnes handicapées subissent les mêmes injustices que les personnes d'origine étrangère....étrange, non?

Le 19-09-2017 par rene Depasse :
Bonjour
je ne vois toujours pas dans le plan du Gouvernenemnt un programme concernant les sourds Muets

Le 19-09-2017 par cathy44 :
René Depasse, il n'y a pas que les sourds muets qui son concernés par cette mesure, vous n'êtes pas tout seul, pensez un peu aux autres, merci...nous sommes tous dans le mème bateau ok

Le 19-09-2017 par Henri SENS :
Autre sujet à aborder que le précèdent gouvernement à laisser dans l'ombre, La reconnaissance de : " l'Accompagnement et Assistance Sensuelle et Sexuelle " Afin de répondre légalement aux désirs souhaités.

Le 19-09-2017 par Corniaud81 :
Bonjour,
j'avoue avoir du mal à comprendre toujours cet argument du seuil de pauvreté.
Je suis personnellement handicapé à 80%. Je touche l'AAH de 810€ + l'APL de 272€ + la MVA de 104€ soit 1186€ en tout.
Je ne me sens pas riche, mais je ne me sens pas pauvre non plus.
Et si je me compare aux smicards, je ne me plains pas !
Il est certain que mon cas ne s'applique que si on prend un logement. Sans logement, pas d'APL ni de MVA et dans ce cas bien précis effectivement on tombe sous le seuil de pauvreté. Mais si on ne paye pas son logement, c'est soit que l'on est propriétaire, soit que l'on loge chez un tiers.
-
Par contre je suis entièrement d'accord avec Eric Michiels qu'il est totalement anormal de prendre en compte les gains du conjoint pour l'AAH. C'est vraiment indécent et immoral je trouve. Car du coup, la personne handicapée se retrouve à être complètement dépendante.

Le 19-09-2017 par N.OB :
Finalement sa sera une augmentation de 90€ en deux ans...chouette alors (ironique) Il faut être très patient avec ce gouvernement pour un peu daumône. Après 2019, je suppose que les augmentations annuelles en Avril seront a nouveau de l'ordre d'1€ et des centimes jusqu'à la fin de son mandat présidentiel comme ces prédécesseurs? :/ Peu d'avancée, pas de grand changement au fond et pour vivre en couple on peut toujours rêver sauf si le conjoint est moins bien loti que notre AAH... (déçu).

Le 20-09-2017 par tardi :
Une fois de plus, la question de la prise en compte des ressources du conjoint dans le calcul de l'aide est complètement évacuée. Et après nous avons de magnifiques discours sur "il faut lutter contre l'exclusion des handicapés"...

Le 20-09-2017 par Pascal :
Moi aussi j'en n'ai ralebole des blablas et des promesses non tenues .
Ils faudrait redescendre dans les rues pour nous faire entendre.

Le 20-09-2017 par Pascal :
Moi aussi j'en n'ai ralebole des blablas et des promesses non tenues .
Ils faudrait redescendre dans les rues pour nous faire entendre.

Le 20-09-2017 par Kikie19 :
ILe devraient aussi se préoccuper des délais trop long de la MDPH. On a déposé un renouvellement d'AVS pour mon fils qui est rentré au Collège le 12 avril et le dossier passe en commission demain alors que la rentrée a déjà eu lieu. Heureusement que le collège avait prévu une petite aide pour lui sinon il aurait été perdu. C'est trop long 5 mois juste pour un renouvellement !!!!

Le 20-09-2017 par HERVE :
il faudrait supprimé les franchises médicales , et ne plus tenir compte du salaire du conjoint pour le versement de la AAH

Le 21-09-2017 par Lilhandi :
C'est vrai que lorsque l'on vieillit, le handicap ne s'arrange pas, bien au contraire. Maladie identifiée depuis un an mais aucun traitement. Mon époux a déposé ma demande de renouvellement de PCH aidant familial ce matin. Reconnue à +80% avec besoin d'un aidant il y a cinq ans, j'espère qu'elle sera reconduite ainsi que la carte GIC. Je ne peux plus utiliser les transports en commun depuis longtemps et suis suivie régulièrement pour des affections qui se sont ajoutées hélas.

Le 26-09-2017 par cocorico :
Etant dans l'urgence d'un besoin de logement social depuis 10 ans . Je viens de faire appel à la loi DALO , et bien celle ci ne prend en compte la notion de handicap que dans le cas d'un logement insalubre ou suroccuppé . Autrement dit vu que ce n'est pas mon cas, ils ont totalement nié mon handicap et mes problèmes de santé, et rejeté ma demande. Mais qui fait des lois pareille ? et ils ont fait l'ENA pour pondre cela. Je crois que même avec BAC + douche, jaurai trouvé mieu. (Un peu d'humour ne tue point ) mais la réalité c'est meme si ta situation aggrave tes problemes de santé et ton handicap, vu que tu n'es pas dans un logement suroccuppé ou insalubre et bien on ne prend pas en compte ton handicap. Mais là je crois que je me répète tellement j'en reviens pas de cette loi

Le 27-09-2017 par gégé :
c es simple faire comme 68 mes pour tous car vous n avez tjr pas compris que pour eux nous sommes des bon a rien des profiteur ou fenian juste parce que on et en fauteuille roulan sur a notre parapegie ces ca la France fallé pas voté pour eux ce qui nous arrive et votre faute et desormé on vas en prendre plin la tette pendant 5 ans

Le 27-09-2017 par ninil :
bravo Herve' pas tenir compte du salaire du conjoint /te pour le calcule de aah ou autre , chaq'un ces droits propres

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr