Plan handicap du gouvernement : réactions !

Résumé : Certaines associations réagissent aux annonces faites lors du Comité interministériel du handicap. Malgré des progrès encourageants, elles repèrent des mesures en demi-teintes et quelques oublis, notamment en matière de compensation.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Comme un écho aux promesses faites par Jean-Marc Ayrault puis Manuel Valls, les CIH (Comité interministériel du handicap) se suivent et se ressemblent… 17 pages de mesures pour Edouard Philippe en 2017, 36 pour Manuel Valls en 2016, 45 pour Jean-Marc Ayrault en 2013. Des « objectifs », des « engagements », souvent les mêmes, toujours à 5 ans. Le premier CIH du quinquennat Macron s'est réuni à Matignon le 20 septembre 2017 sur le thème « Vivre avec un handicap au quotidien ». La mesure phare a porté sur l'augmentation de l'AAH (article en lien ci-dessous).

Peut mieux faire

Balayant d'avance les déceptions, Edouard Philippe a insisté sur les autres sujets abordés lors de ce comité pour « améliorer la vie de tous les jours » des personnes handicapées à travers 5 grands domaines : accueil et accompagnement tout au long du parcours de la crèche à l'université, insertion professionnelle, logement, accès aux droits, aux soins et à la prévention et enfin aux sports et à la culture (article en lien ci-dessous). « Des progrès ont déjà été réalisés » mais « on peut faire mieux », a assuré Edouard Philippe. Insistant sur l'implication de tous les membres de son gouvernement, il a affirmé « qu'aucun ministère, aucune personne publique » ne peut « se dispenser de participer à l'effort ». Sa feuille de route apporte des éclairages sur ses premières orientations et décisions…

Les annonces majeures

Dans la perspective des Jeux de Paris en 2024, le Premier ministre a souligné que SNCF Réseau s'est engagé à investir 870 millions d'euros dans l'accessibilité des transports. Affichant sa volonté d'éviter les « ruptures » dans les parcours scolaires, il a annoncé la création de 250 classes Ulis (unités localisées pour l'inclusion scolaire) dans les lycées pendant le quinquennat. L'enseignement supérieur mobilisera « 1 000 services civiques dès 2018, et 2 000 dès 2019 », pour faciliter l'intégration des étudiants handicapés. Une nouvelle enveloppe de 15 millions d'euros sera dédiée à la prévention des départs en Belgique.

Emploi, logement, autisme…

M. Philippe a par ailleurs estimé que la loi de 1987, qui a instauré l'obligation pour les entreprises privées (puis publiques en 2005) d'employer 6% de travailleurs handicapés, n'avait pas donné des résultats satisfaisants. « Nous devons nous interroger sur la pertinence du dispositif et la façon dont on peut relancer l'insertion professionnelle ». Concernant le logement, il a affiché l'ambition « d'atteindre l'objectif de 100% de logements adaptables » au handicap dans les constructions neuves, c'est-à-dire « évolutifs ou réversibles » pouvant être rendus totalement accessibles, sur demande, par des travaux assez simples. Il a par ailleurs assuré que des budgets seraient fléchés, sous forme de subventions aux collectivités territoriales, pour améliorer l'accessibilité des lieux recevant du public. Il a promis « 100 % des ERP dans la démarche Ad'AP et 100 % des ERP de l'Etat accessibles d'ici 2022 ». Le Premier ministre a, en conclusion, confirmé qu'un 4e plan autisme serait dévoilé "début 2018".

Le point de vue des asso

La plupart des associations du champ du handicap ont estimé, à l'instar de l'APF (Association des paralysés de France), que la tenue de ce comité dès le début de quinquennat envoyait un « signal positif », soulignant la « volonté de mener une politique du handicap avec une approche transversale et inclusive ». Elles déplorent néanmoins quelques « oublis »…

Du côté des ressources…

L'APF regrette par exemple que les bénéficiaires de pension d'invalidité ou de rente -dont le montant est parfois très faible- n'aient bénéficié, contrairement aux allocataires de l'AAH, d'aucune annonce ou revalorisation. De son côté, l'Unapei (association de personnes avec un handicap mental) s'inquiète que les prochaines mesures de simplification, de clarification des dispositifs d'aides publiques et fiscaux ainsi qu'une future réforme des minimas sociaux ne viennent annuler les effets de la revalorisation de l'AAH. Elle met en garde sur « des annonces qui ne seraient pas suivies d'une réelle hausse de niveau de vie des personnes en situation de handicap, malheureusement souvent condamnées à la précarité »

La PCH, grande oubliée ?

Grande oubliée de ce CIH, la compensation du handicap. La Fnath (fédération des accidentés de la vie) remarque qu'elle ne fait l'objet d'aucun « chantier » alors que ses contours et les montants n'ont pas évolué depuis 2005. « L'absence d'orientations concernant la PCH n'est pas compréhensible alors que les besoins d'aide humaine, de financement des aides techniques, de l'aménagement du logement et du véhicule figurent parmi les préoccupations majeures des personnes en situation de handicap », renchérit l'APF.

Une solution pour tous ?

La question de l'accueil des personnes handicapées est également au cœur des préoccupations. Or l'Unapei s'inquiète de « mesures en demi-teinte comme de l'absence de réponse pérenne aux situations d'urgences de dizaines de milliers de personnes handicapées aujourd'hui sans solution d'accueil et d'accompagnement en France ». « Cela passe, selon elle, par une transformation de l'offre médico-sociale, une réforme de profondeur (…) qui prendra nécessairement des années ». « En attendant, poursuit-elle dans un communiqué, le gouvernement annonce une généralisation du dispositif « réponse accompagnée pour tous », aujourd'hui utilisé pour résoudre temporairement des situations critiques, et qui, sans moyen financier nouveau, ne pourra répondre durablement aux besoins et résorber les longues listes de personnes en attente d'accompagnement adapté ». Autre situation partiellement traitée, celle des personnes accueillies faute d'autre choix en Belgique. Le gouvernement annonce un doublement de l'enveloppe « pour prévenir les départs non souhaités », mesure qui reste floue, et oublie celles actuellement accueillies en Belgique via des financements français faute d'accompagnement de proximité. L'Unapei attend un plan d'urgence de création de solutions d'accompagnement durables.

Normes handicap dans l'habitat

Les récentes déclarations du gouvernement sur l'allègement des normes handicap (article en lien ci-dessous) dans la construction ont également tout lieu d'inquiéter les personnes concernées. « Derrière la simplification se cache en effet concrètement une diminution des exigences relatives à l'accessibilité des personnes handicapées, déclare la Fnath. Des logements moins accessibles, dans une société vieillissante, constituent un recul important et un risque supplémentaire d'exclusion des personnes handicapées. »

Relais téléphonique aux abonnés absents

Enfin, Jérémie Boroy, délégué général d'Aditus, juge particulièrement « inquiétant » qu'aucune mention n'ait été faite du relais téléphonique pour les personnes sourdes. « Après plus de 10 ans de mobilisation, un consensus avait été trouvé avec la loi pour une République numérique puis le décret du 9 mai 2017, explique-t-il. Mais il reste tout à faire avant le lancement du dispositif qui doit démarrer en octobre 2018. À ce jour, rien ne semble avoir été entrepris par le nouveau gouvernement ».

Tous affirment se montrer extrêmement vigilants sur les promesses faites et les chantiers en cours. Un premier bilan pourrait être dressé d'ici quelques mois puisqu'Edouard Philippe a annoncé qu'une Conférence nationale du handicap se tiendra en mai 2018.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 26-09-2017 par Chacha :
Parlons en de cette fameuse obligation d'embauche..!
Certains employeurs magouillent sans aucun scrupule...«les handicapés ne peuvent pas s'adapter..., ça nous fait perdre de
l'argent..». Ils se justifient de cette manière en proposant des contrats «bidons»,«vous n'avez rien à faire...vous signer en bas du contrat, vous rester tranquillement chez vous et à la fin du contrat, vous recevrez un chèque et vos fiches de paie..! Merveilleux, non?
Ah, j'allais oublier, n'oublier pas de me donner une copie de votre RQTH...»...Voilà, une petite histoire vécue récemment...

Le 28-09-2017 par CLEO67 :
Atteinte de la SEP, je ne peux plus occuper de poste à plein temps. Cela fait plus de 3 ans où l'on m'embauche en CAE et que l'on me remercie après en prétextant qu'il n'y a pas de poste. Non je ne suis pas fainéante, j'occupe des postes à mi-temps ou temps partiel par obligation et je fais profiter aux employeurs d'un bon plan. Elle est belle la politique sociale de notre pays mais on s'en fout à partir du moment où les plus aisés le sont encore plus. Qu'est-ce que les personnes handicapées ? Des boulets, des tracas ou pires des anomalies ? J'ai honte de voir à quel point nous sommes dénigrés et ignorés !

Le 28-09-2017 par mimo :
Bonjour,
Que faite vous pour les handicapés qui ont une restriction substantielle et durable d'accès à l'emploi...de 50 à 79 % d'incapacité l'AAH est interdite pour nous.
Cordialement

Le 28-09-2017 par Rafe54 :
J ai travaillé plus de 3 ans au conseil géneral du 54 et on m'a gentillement remercié vu qu'ils réduisent les postes de fonctionnaires elle est belle la France quant à la AAH ils vont l'augmenté de 100 euros en 2 fois quel honte comme si avec 40 euros en 2018 on sera plus riche.

Le 28-09-2017 par BABETH :
Bonjour
Même question que Mimo, que faites-vous pour l'AAHet La Cmi, j'ai la carte station penible, je viens d'être convoquée pour licenciement pour inaptitude et la MDPH me refuse tout AAH, CMI,etc....

Le 28-09-2017 par magnolia :
Bonjour,
cela fait 5 ans que je suis en recherche d'emploi,même les entreprises d'insertion
aucun employeurs ,j'ai même
passé un bac pro pour changer de métier mais rien,donc je dis les entreprises ne veulent pas de nous ,le gouvernement doit leur refuser les aides à l'emploi.

Le 28-09-2017 par Lilhandi :
Je crains qu' avec la suppression de la taxe d'habitation et comme la PCH aidant familial n' a pas été évoquée, pour beaucoup de handicapés à mobilité très réduite dont je suis, le département manque de ressources pour les renouvellents. À+80% avec besoin d'aide,je suis en invalidité 2ème catégorie précocement et ne touche pas plus que l' AAH. Mon époux touche 200 euros imposables et nous n' utilisons jamais de transport sanitaire pour les consultations chez les professionnels de santé. Il assume douche, habillement, m' aide dans tous les actes essentiels de la vie. J' espère que l' APF dont je fais partie va se battre pour nous.

Le 28-09-2017 par poupon :
et sur l'augmentation de la csg sur les pensions dinvalidités ? il n'y a rien ?

Le 28-09-2017 par Daniel PETIT :
Bonjour,comme le dit handicap.fr,ce serait lamentable de piller les plus pauvres de chez les plus pauvres pour leur autonomie .Mais pourquoi on ne puise pas l'argent dans les caisses et portefeuilles de Mr Macron , Mr Philippe & compagnie ? Ils ne l'emporterons pas dans la tombe !

Le 28-09-2017 par Le changement en 2082 :
Les associations de personnes handicapées à part se plaindre elles ne font strictement rien
On peut encore attendre 40 ans de plus rien ne changera dans les prochaines années

Le 29-09-2017 par pegano :
Tout à fait d'accord avec Poupon ; l'augmentation de la CSG sur les pensions d'invalidité est un sujet qui n'est jamais abordé, ni par les associations, les médias et les politiques A croire que nous n'existons pas
Pour ma part j'ai fait plusieurs courriers, et attend tjrs la réponse...

Le 29-09-2017 par Mimi kitty :
Bonjour.
Nous personnes en situation d1 handicap nous demandons plus d.aides. handicap= pauvre/pas de taf/pas droit a la culture/ ....
J.y crois plus on nous cache.
Cela fait 10 zns que j.ai quitté les bancs de l.ecole et je n.ai pu que tafer 3 ans (promesse de mettre en place du materiel ... pff les societes s.en tappent et te virent et pole emploi c.est pir ils te font voyager de formation en formation et encoreje n.au pas pu les suivre car pas de matos adaptés... et la aah arretez de calculer par rapport ce que les conjoints touchent on vit de quoi? Battons nous pour conserver nos droits deja il y a bien des annees des gents sebattaient pour nous. C.est important.

Le 02-10-2017 par Guerrero :
Pourquoi mon fils tetraplegique qui touche 846e d'invalidite n'a pas le droit a l' AAH

Le 02-10-2017 par Titeri :
Est-il vrai que l'AAH n'est pas imposable alors que la pension d'invalidité versée par la CPAM l'est ?

Le 04-10-2017 par Emilie Brand :
Je suis très triste car lorsque je lis tous ces commentaires cela me dégrade davantage.j attends toujours la repo se du MDPH66 POUR RECONBAITRE MES HANDICAPS ET AVOIR 80 % SUR MA CARTE INVALIDITÉ CELA FAIY PRRSQUF 1AN SUE JE ME BATS ALORS QUE J AI DROIT.UNE PERSONNE SUE JE DÉCLARE VIENT TOUSVLES MATINS ME laver etc.. .pourquoi tant de temps????seule divorcée
Je ne m en sors plus.des pièces justificatives de mon aggravation ils en ont eu des tonnes. Merci de lire tout cela . Je suis Martine.des Pyrénées orientales .

Le 05-10-2017 par Tatalie :
Ce n' est pas nouveau qu il prenne en compte les ressources d un couple je n ai jamais toucher de l aah sous prétexte que j'étais marié as si 3€25 comme je ne fais pas l ommone je leur ai dis de garder leur argent pendant 1ans 3€25 et après plus rien. On m as dit de divorcé si je voulais toucher mon allocation aah frànchement on s en vas ou

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr