Municipales : handicapés mentaux et électeurs à part entière

Résumé : Les 550 associations de l'Unapei demandent aux candidats aux élections municipales un accès des personnes handicapées mentales à la Cité autour de 2 axes :leur permettre d'être actrices du vivre ensemble et développer une accessibilité pour tous

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Handicapés mentaux, ils sont des électeurs à part entière ! L'Unapei (Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis) tient à rappeler que les personnes handicapées mentales en tutelle représentent un nouvel électorat à convaincre pour les candidats à la mairie. Selon l'association, « il faut non seulement tenir compte de leurs revendications mais aussi leur permettre de participer pleinement à la campagne et aux élections. » Les décisions des maires ont en effet un impact direct sur leur vie quotidienne. C'est pourquoi, les associations locales de l'Unapei interpellent les candidats aux futures élections municipales.

Des revendications portées par 550 associations

Comment oublier que les communes constituent les premiers lieux concrets d'exercice de la citoyenneté ? C'est donc ici qu'une société accessible doit naître. Les 550 associations membres de l'Unapei sont appelées à porter ces revendications communes afin d'obtenir des engagements écrits de l'ensemble des candidats. Elle leur propose de s'engager sur deux axes :
- Permettre aux personnes handicapées mentales d'être actrices du vivre ensemble en adoptant une feuille de route municipale du handicap, en créant des instances dédiées à la prise en compte de leurs attentes et en sensibilisant tous les concitoyens au handicap mental .

- Développer une accessibilité à tout pour tous, en rendant accessibles : la mairie et ses services, les commerces, la santé et les soins, les transports, le logement, l'emploi, les structures d'accueil pour les enfants, le sport, la culture, les loisirs, les vacances.

Un nouvel électorat à convaincre

Les personnes en tutelle vont voter pour la première fois à des élections municipales. Depuis la réforme de la protection juridique de 2007, toutes les personnes handicapées mentales, sauf exception (si un juge le décide formellement, les personnes sous tutelles peuvent en être exclues), ont le droit de vote. Mais malgré les mesures prévues par la loi et le code électoral, les personnes déficientes intellectuelles ne peuvent toujours pas s'informer, se forger une opinion et faire leur choix car les informations, les programmes et les discours ne leur sont pas accessibles. L'Unapei interpelle donc l'ensemble des candidats pour qu'une information « facile à comprendre » soit diffusée. Elle réclame également que les bureaux de vote soient rendus accessibles, que les personnels en charge de l'accueil des électeurs soient sensibilisés et qu'il soit possible, comme le prévoit le code électoral, qu'une personne handicapée mentale soit assistée pour voter.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 01-02-2014 par Casper78112 :
que les future maires s'engage sur la creation d'E.S.A.T et d' E.A structure nécessaire pour les handicapés(es) mentaux

Le 01-02-2014 par Blauth :
Toute personne handicapée mental n'a pas capacité de dicernement...ma fille ne votera pas. Sinon elle mettrait ce que je lui dis...

Le 02-02-2014 par COUTAREL :
Bonjour ,


Un handicap mental n'altère pas toutes les capacités d'une personne fort heureusement ! Je suis pour l'expression des personnes handicapées mentales aux élections ..

Cordialement

Pascal COUTAREL

Le 02-03-2014 par co :
je viens d'apprendre et suis outrée
Ma sœur handicapée mentale, sous tutelle depuis 40 ans et dans uns structure à obédience catho va voter??? mais elle n'a aucune idée de ce qu'est la politique ni ce que fait, maire, député...

Le 18-11-2014 par nicole.ann :
mon fils est atteint d une maladie mentale il est suivi, est sous curatelle et habite dans un hôtel insalubre (très humide à Pierrefitte S/Seine )depuis plus un an ) attende de logement social.... Ma question comment vivre avec sa maladie dans ses conditions
en plus donner des APL à ces marchands de sommeil
ne marchons nous pas sur la tête dans ce pays

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr