Étudiants handicapés : des aménagements sont à prévoir !

Résumé : 23 257 étudiants handicapés à l'université, soit 1,22% de la population étudiante, un public amené à s'étoffer à l'avenir. La médiatrice de l'Éducation nationale rend ses conclusions et préconisations : des aménagements sont à prévoir !

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Des aménagements sont à prévoir dans les établissements de l'enseignement supérieur pour les étudiants en situation de handicap a souligné le 27 juin 2018 la médiatrice de l'Éducation ; elle remettait son rapport portant sur l'année 2017 intitulé « Plus de proximité, pour plus d'équité » avec un focus spécifique sur la poursuite et la réussite des études supérieures de ce public. Actuellement, ils sont 23 257 à l'université, soit 1,22% de la population étudiante.

Quelques préconisations

Autoriser tous les candidats à composer au choix sur une copie ou sur ordinateur, concevoir des sujets d'examens compatibles avec différentes formes de handicap, mettre en place le matériel et logiciel adaptés pendant le déroulement des épreuves : ce sont quelques-unes des préconisations de Catherine Becchetti-Bizot et ses équipes. Même si le nombre de réclamations concernant les étudiants - moins d'une centaine chaque année - est nettement inférieur à celui de l'enseignement scolaire, "on a fait l'hypothèse qu'il y aurait une hausse sensible des étudiants en situation de handicap dans les années à venir", a souligné Mme Becchetti-Bizot. La médiation de l'Education a porté une attention particulière à l'accès de ces élèves à l'enseignement supérieur, dans le cadre de la mise en place cette année de la nouvelle plateforme d'admission post-bac, Parcoursup (article en lien ci-dessous).

Des bémols avec Parcoursup

Elle a en effet "été alertée par un certain nombre d'associations sur le fait que les critères retenus paraissent peu favorables à certaines formes de handicaps". Notamment, la "fiche avenir", où sont détaillés les projets d'orientation, les notes, les appréciations des enseignants et l'avis du chef d'établissement, peut constituer un frein, alerte la médiation. Par exemple, "pour les lycéens souffrant de troubles du comportement, de troubles autistiques, ou dys, certaines appréciations portées par les enseignants risquent, dans la mesure où elles seront sorties de leur contexte, de les desservir pour l'entrée dans l'enseignement supérieur", met-elle en garde.

La médiatrice recommande ainsi de sensibiliser les professeurs principaux aux difficultés scolaires qui peuvent être liées au handicap, notamment aux handicaps "invisibles". Elle préconise aussi d'alerter les chefs d'établissements sur le fait que certaines mentions figurant dans le dossier scolaire peuvent donner lieu à de mauvaises interprétations.

© Twitter Frédérique Vidal

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 28-06-2018 par Charrie :
Mon fils termine ses études d'ingénieur.Lors de son stage de fin d'études et de la présentation de sa soutenance son handicap n'a pas été pris en compte.Il va refaire le stage car la soutenance n'a pas été validée Les aménagements dont il pourrait disposer pour ce stage ne peuvent se faire car la réglementation des stages ne prend pas en compte les situations de handicap.
Par ailleurs, pour valider leur diplôme les ingénieurs doivent satisfaire à l'examen du TOEIC. Cet examen ne tient pas compte des difficultés des candidats handicapés et la plupart n'ont pas leur diplôme qui requiert des compétences techniques pour un examen qui requiert des compétences linguistiques qui souvent ne seront pas utilisées au travail .
La réglementation doit vraiment évoluer.

Le 28-06-2018 par MARIE99 :
d'accord avec Charrie. A force de cadrer les contenus des diplômes et des disciplines, il n'y a plus de prise en compte des compensations éventuelles
qui permettraient de valider l' expertise des personnes handicapées dans leur spécificité.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr