Personnes avec handicap mental : l'Europe va les entendre !

Résumé : I SAID, c'est le nom d'un projet transfrontalier qui vise à donner pleine parole et citoyenneté aux personnes avec une déficience intellectuelle. L'autodétermination gagne du terrain en Europe...

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Plutôt que de discourir éternellement sur ce qui est le mieux pour les personnes avec une déficience intellectuelle, laissons-les se raconter. C'est le credo de I SAID, un projet de coopération transfrontalier (Hauts-de-France/Wallonie) qui a pour objectif de développer des actions, inclusives et intégrées au territoire, dans l'optique de déployer les capacités d'autodétermination et d'autonomie de ces personnes.

Acteurs de leur projet

Durant 4 ans (octobre 2016 à 2020), il s'inscrit dans le cadre du programme européen de coopération territoriale Interreg France-Wallonie-Vlaanderen, qui a pour ambition de favoriser les échanges économiques et sociaux entre ces régions et de valoriser leurs richesses  au bénéfice des populations locales, notamment dans le secteur de la santé. Il repose sur un dispositif de recherche participative en trois volets d'action : recherche, inclusion, formation. « Nous souhaitons que chaque personne soit reconnue comme actrice du projet, et particulièrement les personnes avec une déficience intellectuelle », explique Marie-Claire Haelewyck, docteur en sciences psychopédagogiques à l'université de Mons (Belgique).

Force, initiative et résolution

I SAID a été lancé officiellement à Lille en décembre 2016 en présence d'une centaine d'acteurs qui se sont mobilisés pour partager leur expérience de terrain autour des trois thématiques du projet : quels sont les freins et leviers à l'autodétermination des personnes avec DI, comment les intégrer dans les pratiques d'accompagnement et comment promouvoir la santé globale par le biais d'actions inclusives. I SAID est l'acronyme d'Interregional platform for innovation in self-determination, autonomy and inclusion of people with disability, qui forme ainsi un idiome anglophone signifiant décision, force, initiative et résolution.

C'est ma vie, je la choisis

Rappelons qu'en France des initiatives de ce type émergent. Ainsi, le dispositif C'est ma vie je la choisis propose un livre et une vidéo interactive à visée pédagogique, sociale ou thérapeutique, qui va bien au-delà du divertissement (article en lien ci-dessous). Ce programme mené par la Fédération Trisomie 21 a pour objectif d'aider les personnes en situation de handicap mental à effectuer des choix et à prendre des décisions de façon autonome. Quant à Nous aussi (article en lien ci-dessous), première association de personnes déficientes intellectuelles auto-représentées, elle milite pour « une vie comme les autres » mais regrette que leurs droits, pourtant reconnus par la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées, ne soient pas effectifs dans de nombreux domaines.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 15-09-2017 par mamanceleste8 :
je trouve que l on devrait plus differencier les differentes formes de handicap
je ne me sens ni handicapee physique a mobilite reduite ni handicapee mentale
j ai un handicap psychique et sensoriel et je ne reconnais pas mon cas dans l article ci dessus a propos des choix europeens
je n ai pas de deficience intellectuelle j ai des capacites au dessus de la moyenne d apres les tests que j ai effectues
mais mes capacites sont alterees quand je suis en rupture emotionnelle
j ai subie des viols il y a plus de 20 ans
j ai ete amnesique et en etat de siderations plus de 20 ans
la maladie psychique je la ressens comme une oscillation de l union du corps de l esprit et du coeur
parfois je me sens alignee axee
et parfois j ai des pertes d identite corporelle
ou psychologique et affectives
j ai l impression d avoir plusieurs "moi" et que je dois reunir ces "moi"dans un tout
que prevoit l europe pour soutenir le handicap des personnes victimes de viols?






Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr