Rénover l'école inclusive : des annonces fortes à venir ?

Résumé : Le 22 octobre 2018, le gouvernement lance sa grande concertation en vue de rénover, entre autres, l'accompagnement des élèves handicapés à l'école. Des annonces fortes sont promises le 11 février 2019.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Quel statut pour les accompagnants d'élèves handicapés ? Quelle formation pour les enseignants ? Comment répondre à l'insatisfaction des parents ? Le gouvernement a lancé le 22 octobre 2018 une concertation sur les dispositifs d'accompagnement pour les écoliers ayant des besoins spécifiques tout au long de leur scolarité. Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, et la secrétaire d'Etat aux personnes handicapées, Sophie Cluzel, ont présenté les enjeux de cette concertation, qui avait été annoncée au mois de juillet, devant les membres du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH), représentant des familles, des associations, des collectivités et des organisations syndicales et professionnelles.

3 axes de travail

Elle aura pour but de "rénover le dispositif d'accompagnement des élèves en situation de handicap pour éviter les ruptures de parcours", a présenté Mme Cluzel, déclinant les "trois grands axes" de travail : "L'attendu des parents et des associations", "le métier d'accompagnant d'enfant en situation de handicap" (AESH) et "l'expérimentation des Pôles inclusifs d'accompagnement localisé". Concernant les deux premiers, la secrétaire d'Etat a promis des "annonces fortes" le 11 février 2019, date qui coïncide avec l'anniversaire de la loi de 2005 qui a instauré un droit à la scolarisation pour tous les enfants et adolescents handicapés. Le troisième, qui consiste à créer des pôles "inclusifs" mutualisant à l'échelle d'un établissement les moyens humains, matériels et thérapeutiques, doit aboutir à l'élaboration au printemps d'un "vade-mecum" remis à toutes les académies en vue du déploiement de premiers "pôles" à la rentrée 2019, a précisé M. Blanquer.

Le cas de chaque enfant

Le ministre, qui a souhaité que "nous soyons capables de prendre en compte le cas de chaque enfant", a insisté sur le besoin de formation des enseignants et la "transformation" du métier d'AESH afin de "dresser des perspectives" à des professionnels majoritairement en contrat précaire et peu payés car à temps partiel. Quelque 340 000 enfants handicapés sont scolarisés dans une école ordinaire, dont plus de la moitié nécessitent un accompagnement spécifique, et 80 00 enfants sont dans des établissements médico-sociaux spécialisés. Accompagnant absent ou à temps-partiel, manque de place dans des structures adaptées, listes d'attente interminables qui obligent les parents à garder leur enfant: les difficultés rencontrées par des centaines, voire des milliers d'écoliers handicapés font l'objet à chaque rentrée de nombreuses alertes d'associations.

Récemment, le gouvernement a rejeté une proposition de loi LR sur l'accompagnement des élèves handicapés, mettant en avant "le chemin" engagé sur ce sujet par la majorité et le lancement de cette concertation (article en lien ci-dessous).

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 25-10-2018 par zalelan :
grand-mère d'un enfant dyspraxique, je m'énerve quand j'entends école inclusive. Rien n'est mis en place. Les professeurs n'ont jamais entendu le mot dyspraxie et aucun ne veut faire l'effort de faire une photocopie(il est dysgraphique)C'est désespérant, les mots ne suffisent plus, il faut des actes.

Le 25-10-2018 par luc :
a quand une concertation avec ceux qui y interviennent déjà ?
et qui ont un savoir faire utile pour accompagner et anticiper .
Les sessad .
Luc lemaire
sessad pro public de noyon

Le 31-10-2018 par louna :
L'attente est longue et les parents concernés par des enfants fragilisés en ont ras le bol des promesses sans fin...cependant je veux croire en des améliorations annoncées pour 02/2019 car elles sont indispensables pour améliorer le statut des AESH par ex et pérenniser leur job, accroître le nombre de dispositifs ULIS et les places en établissement spécialisé...de gros changements sont espérés et je fais partie, en tant qu'enseignante spécialisée, à ces nouveaux enjeux futurs annoncés car la société française est obligée de rattraper son retard dans le champ du handicap...

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr