Postulez en ligne et décrochez votre entretien du 16 au 19 octobre

Brahem Aiache : l'hypnotisant danseur unijambiste

Résumé : C'est la star de la pièce "Bô", montée par Catherine Lara, qui se joue du 8 mars au 15 avril 2018 au Théâtre le 13e Art à Paris. Amputé d'une jambe, Brahem Aiache livre tous les soirs une prestation envoûtante.

Par , le 

Réagissez à cet article !

 Sur les planches du Théâtre le 13e Art (Paris), du 8 mars au 15 avril 2018, Brahem Aiache joue dans , le voyage musical, un spectacle où chant, danse et arts du cirque s'entremêlent pour livrer une ode à la vie. Pour Catherine Lara, la créatrice de cette pièce mise en scène par Giuliano Peparini, et Kamel Ouali, célèbre chorégraphe, la présence de ce danseur unijambiste sur scène est « solaire », d'autant plus que son parcours, semé d'embûches, force l'admiration.

Le parcours du combattant

Lorsqu'il entre sur scène et se livre à des figures acrobatiques, avec ou sans béquilles, difficile de ne pas être admiratif devant la performance de Brahem Aiache. À 28 ans, le jeune danseur a su faire de son handicap « sa force » comme il le dit lui-même. À l'âge de 11 ans, alors qu'il est joueur de football dans son pays natal, l'Algérie, il se blesse. Erreur médicale, complications, infection… Le jeune homme passe 5 ans à l'hôpital et perd sa jambe. À sa sortie, il renonce au foot mais pas au sport. Brahem s'essaye alors à plusieurs disciplines : le football en béquilles avec ses amis d'enfance, la natation, qu'il pratique à haut niveau, ou encore le cheval d'arçon. Tous les jours, devant chez lui, un groupe de danseur hip-hop répète ses chorégraphies. Il leur demande de s'entraîner avec eux et réalise, à ce moment-là, qu'il est capable, lui aussi, de danser et même plutôt doué.

L'ascension

« Le voir danser m'émeut beaucoup », confie Catherine Lara dans Le Parisien. Comme elle, le chorégraphe Kamel Ouali a été touché par la grâce et la force de caractère du danseur. Alors qu'il fait passer des castings à Alger pour le Festival Panafricain en 2009, Kamel fait la rencontre du jeune Brahem qui se livre à une prestation qui fait chavirer le cœur des juges. « Je ne l'ai pas pris parce qu'il était handicapé mais parce qu'il était très doué », affirme Kamel dans Le Parisien. La carrière de Brahem décolle. Il s'envole pour la France et danse au sein de la compagnie Montalvo-Hervieu au Théâtre national de Chaillot. Il travaille ensuite avec Kamel Ouali dans la comédie musicale Dracula, l'amour plus fort que la mort. Le danseur unijambiste participe également à La France a un incroyable talent mais, cette fois, en duo avec Abkari Saitouli. Les deux acrobates se hissent jusqu'en demi-finale. Lorsqu'il s'agit de réaliser ses rêves Brahem n'a pas peur de forcer le destin. En effet, il interpelle un jour le metteur en scène Giuliano Peparini et lui dit qu'il souhaiterait travailler avec lui. Son désir est exaucé avec .

D'autres exemples

Devenir danseur alors que l'on est amputé d'un ou de plusieurs membres semble impossible. Pourtant, de plus en plus d'acrobates en situation de handicap, comme Brahem, se font une place dans le milieu du spectacle, à l'instar de Dergin Tokmak, un danseur allemand d'origine turque ayant perdu l'usage des membres inférieurs suite à la poliomyélite (article en lien ci-dessous). Aujourd'hui, il se produit partout dans le monde avec le célèbre Cirque du soleil. En France, plusieurs spectacles mettent en avant ces artistes aux prouesses remarquables. Ali Fekih est également un danseur touché par la polio ; en 2009, il crée la pièce Les flamants roses. Enfin, Lazylegz, un danseur italo-canadien atteint d'arthogrypose, une maladie rare, dans l'incapacité de se servir de ses jambes, a ouvert en 2012 une école de danse pour enfants handicapés à Montréal (Canada) (article en lien ci-dessous).

© Facebook

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Assan Haidara, journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr