Handicap visuel : détournement des affiches électorales

Résumé : À Strasbourg, une association de personnes aveugles détourne les affiches des candidats aux élections présidentielles pour sensibiliser à la déficience visuelle et pointer du doigt un enjeu de santé publique. De quoi "changer de point de vue".

Par , le 

Réagissez à cet article !

Cataracte, glaucome, rétinopathie diabétique… Comment sont perçues les affiches électorales en cas de handicap visuel ? À Strasbourg, l'Association des aveugles et amblyopes d'Alsace et de Lorraine (AAAL), membre de la Fédération des aveugles de France, décide d'interpeller les citoyens et les politiques pour répondre à cette question. Par le biais d'un affichage de sensibilisation sur les vitrines de ses locaux, l'association « invite chacun à se mettre pendant quelques secondes dans la peau d'un malvoyant », explique-t-elle sur son site (en lien ci-dessous).

Peu présent dans les débats

Floutées, tachées, grisées : les affiches de tous les candidats sont entièrement revisitées. « Le handicap visuel et ses différentes formes reste méconnu et peu présent dans le débat public. Avec cette campagne d'affichage, nous souhaitons le mettre en lumière et rappeler qu'il concerne potentiellement chacun d'entre nous », soulignent les porteurs du projet.

80% d'inaccessibilité

En France, 1,7 millions de personnes sont atteintes d'un trouble sévère de la vision et 4 millions seront déficients visuels d'ici 2050, estime l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Selon la Fédération des aveugles de France, être déficient visuel, en 2017, induit un accès limité à la formation professionnelle et un risque sur deux d'être au chômage. Par ailleurs, l'association dénonce un nombre trop faible de structures adaptées à la cécité, reprenant les chiffres de la Fédération : seuls 20% des bâtiments publics sont accessibles ; 4% des sites web d'institutions respectent les normes d'accessibilité ; 3% des ouvrages sont édités en braille et encore très peu d'activités culturelles et sportives sont adaptées… Et l'AAL de demander : « En 2022, on en sera où ? »

© AAAL

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Aimée Le Goff, journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr