Rentrée 2018 : quelles nouveautés pour l'école inclusive ?

Résumé : AESH, unité pour enfants autistes, pôles inclusifs d'accompagnement localisés, plateforme handicap dédiée aux enseignants... Quoi de neuf dans l'école inclusive en 2018 ? Le point avec Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat en charge du Handicap.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Handicap.fr ; Quelles sont les grandes nouveautés de cette rentrée 2018 pour les élèves en situation de handicap ?  
Sophie Cluzel : Des efforts importants pour anticiper et préparer la rentrée ont été réalisés. Je me suis déplacée dès le 24 août 2018 dans le Calvados pour valoriser ce travail préparatoire.

Les équipes académiques et des MDPH disposent désormais d'un calendrier commun pour faciliter l'affectation des accompagnants. Un vade-mecum réalisé par la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie) de manière ascendante avec le concours des acteurs de terrain, et diffusé à l'ensemble des équipes concernées, recense les bonnes pratiques permettant de faire face à la croissance d'activité du printemps à la rentrée scolaire.

Le métier d'accompagnant a été promu par l'Education nationale par une première campagne de communication avant l'été.

Le recrutement des accompagnants est assoupli (décret 2018-666 du 27 juillet 2018). L'accès à l'emploi d'accompagnant d'élèves en situation de handicap (AESH) ne se limite plus aux seuls titulaires d'un diplôme de niveau 5 dans le domaine de l'aide à la personne mais permet à tout candidat disposant d'une qualification ou de prérequis lui permettant d'accompagner des élèves en situation de handicap de postuler. Les accompagnants bénéficiaires d'un emploi aidé n'ont plus besoin de le faire renouveler pendant 24 mois pour accéder à l'emploi pérenne d'AESH, ce sera possible dès 9 mois.

Pour la première fois depuis 2008 le nombre d'emploi d'AESH dépasse (et largement) les emplois aidés du fait des dotations complémentaires en AESH, bien au-delà du plan de transformation prévu par la CNH (Conférence nationale du handicap) de 2016.

H.fr : D'autres mesures ?
SC : La création programmée d'un pôle d'enseignement pour les jeunes sourds (PEJS) dans chaque académie. L'expérimentation de pôles inclusifs d'accompagnement localisés dans chaque académie. La création d'un poste d'enseignant ressource supplémentaire par département. 38 ULIS-lycée (Unités localisées pour l'inclusion scolaire) venant s'ajouter aux 40 créées en 2017/2018. La programmation de la création de 180 UEMA (Unités d'enseignement en maternelle autisme) dans le cadre de la stratégie autisme (2018-2022) ainsi que 45 unités élémentaires, dont 5 expérimentées dès la rentrée 2018.

H.fr : Reprenons en détail… La mesure phare, c'est le recrutement massif d'accompagnants supplémentaires ? Comment cela a-t-il été possible en un temps si court ?
SC : La loi de finance pour 2018 prévoit la création de 10 900 ETP (équivalent temps plein) d'AESH et 30 000 Parcours emploi compétence pour cette rentrée. Par rapport aux précédentes, les dotations en emploi ont été notifiées avant l'été pour faciliter le recrutement des équipes académiques.

H.fr : De nouvelles modalités sont prévues pour le recrutement des AESH ?
SC : En ouvrant les conditions d'accès à cet emploi, le décret assouplissant les conditions de recrutement rend possible le recrutement de compétences diversifiées (sur l'autisme par exemple) ou avec une expérience de l'accompagnement de 9 mois (et plus seulement limité à l'accompagnement des élèves en situation de handicap). Ce décret pérennise également la formation d'adaptation à l'emploi des accompagnants à hauteur de 60 heures minimales. Le recours au diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social spécialité « accompagnement à l'éducation inclusive et à la vie ordinaire » est sous-utilisé, il convient d'en faire la promotion et d'en faciliter les conditions d'accès au moyen, notamment, de la VAE (validation des acquis de l'expérience). La concertation annoncée pourra aborder la question de la formation des accompagnants pour améliorer la situation actuelle.

H.fr : De l'aveu de Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale, il est parfois difficile de faire face à l'augmentation des prescriptions des MDPH (+13% par an), un « défi d'organisation non résolu depuis 2005 », selon lui. Quelles sont les mesures prises à ce sujet ?
SC : Les mesures ont été annoncées lors de la conférence de presse commune du 18 juillet 2018. Il s'agit de relancer toutes celles permettant de renforcer l'école inclusive et l'adaptation de son environnement aux besoins éducatifs particuliers des élèves. La formation des enseignants y tient un rôle déterminant, tout comme les mesures permettant de diversifier les modes de scolarisation et de rendre possible la coopération avec le secteur médico-social dans l'école (comprenant l'intervention des professionnels du secteur libéral). Il s'agit ensuite de revoir l'organisation du dispositif en fonctionnant en pôles regroupant tous les moyens en accompagnement ; ces pôles seront expérimentés sur chaque académie dès cette rentrée.

H.fr : Chaque année, un certain nombre de bugs viennent perturber la rentrée de certains enfants handicapés. A qui les parents peuvent-ils s'adresser en urgence ?
SC : A la cellule Aide handicap école au 0 800 730 123 (nouveau numéro non surtaxé) mais également à leur DSDEN (Direction des services départementaux de l'Education nationale).

H.fr : Une instruction annonçait en août 2018 le lancement de l'expérimentation des cinq premières unités d'enseignement élémentaire autisme. De quoi s'agit-il ?
SC : Dans l'offre actuelle de scolarisation pour les enfants autistes, il est apparu qu'il manquait une offre leur permettant d'être scolarisés en école ordinaire tout en bénéficiant d'un accompagnement beaucoup plus important que celui existant actuellement (accompagnement individuel ou mutualisé dans les classes ordinaires ou ULIS). Il a donc été décidé d'expérimenter un nouveau dispositif. Pour mémoire, il s'agit d'un modèle intégré associant un enseignant spécialisé et un AVS (auxiliaire de vie scolaire) collectif de l'Education nationale, un éducateur spécialisé et un accompagnant éducatif et social du secteur médico-social.

H.fr : Quand leur ouverture est-elle prévue ? Sur quels territoires ? A quand un essaimage au niveau national ? Remplacent-elles les expérimentations déjà existantes ?
SC : Cinq ouvertures sont prévues en 2018 à Versailles, Toulouse, Rouen, Amiens et Lyon. L'instruction permettant de lancer ces expérimentations devra cependant faire l'objet d'un groupe de travail avec les associations de familles pour suivre leur déploiement et adapter le cahier des charges aux premiers constats effectués dès l'ouverture des classes. Les expérimentations déjà existantes ne sont pas remplacées, elles permettront de nourrir la réflexion de ce groupe de travail pour définir un modèle pérenne pour les rentrées suivantes. Un essaimage au niveau national est en effet prévu pour les prochaines rentrées.

H.fr : On entend depuis des années qu'il faut former aussi les enseignants ; à quand des mesures concrètes de sensibilisation au handicap lors de la formation initiale pour tous ?
SC : Une plateforme ressources pour faciliter la mise en place des adaptations pédagogiques est en cours de développement. Elle prévoit la mobilisation de personnels ressources autant que nécessaire. La sensibilisation des futurs enseignants dans le cadre de leur formation initiale est déjà présente. Il s'agit de dépasser maintenant cette sensibilisation pour basculer vers une formation plus complète en matière d'école inclusive.

H.fr : À partir du 10 septembre 2018, le gouvernement lance une concertation pour rénover le dispositif d'accompagnement des élèves en situation de handicap dès la rentrée 2019 ? C'est donc d'ici un an que tout va se jouer ? Quelles sont les grandes priorités ?
SC : Trois grandes priorités :
1.    Améliorer la qualité de la scolarisation des élèves en situation de handicap.
2.    Mieux reconnaître les accompagnants et leur ouvrir des perspectives d'avenir.
3.    Expérimenter des pôles inclusifs d'accompagnement localisés.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 29-08-2018 par Norbert :
dnas les différents handicaps , un seul n'est jamais cité, dans les difficultés à l'école : le Saf, Syndrome de l'alcoolisation fœtal et les troubles liés à l'alcoolisation fœtal, car ces enfants de 6 ans à 18 ans minimum, souffrent à lécole, ont d'énormes problèmes à suivre une scolarité. les dégats ( lésions ) sur le cerveau étant irréversibles, ont besoin d'aide

Le 30-08-2018 par louna :
Les annonces faites par Mme Cluzel ne peuvent que satisfaire l'enseignante spécialisée que je suis...Je lui reconnais d'être vraiment désireuse de faire avancer un domaine qu'elle connaît bien et d'intensifier les actions entreprises au niveau de M.Blanquer ! Les personnes concernées par le monde du handicap-enfants / parents/profesionnels...- ne désirent plus de promesses mais des actes conséquents portant leurs fruits( un vrai statut pour les AESH avec salaire digne/ouverture d'ULIS et places sur IME/HDJ... pour ne laisser aucun élève sur liste d'attente ! Je demeure positive et ravie de retrouver mes jeunes de l'ULIS lors de cette année scolaire...Bonne rentrée à tous !

Le 30-08-2018 par Rebai :
Aime mon metier,à quand une valorisation positive

Le 30-08-2018 par Rebai :
Aime mon metier,à quand une valorisation positive

Le 30-08-2018 par Carole :
Bonjour pourriez-vous m expliquer qu après 60mois passé en tant q AVS auprès d enfant souffrant de différents handicaps dont la dernière souffre d une surdité profonde on vous remercie en vous disant qu il n y a pas de budget pour vous recruter en tant q AESH demande faîte depuis 2017 Je suis désolé de vous dire que l éducation nationale ne se préoccupe pas des enfants handicapés ni du travail qu on fournit pour les aider à intégrer une école normale

Le 30-08-2018 par LAMBONI Makignoan Bruno :
lorsque les gens comprendront que l'handicape phisyque n'a rien n'avoir avec les bagages intellectueles et accepter le vivre ensamble la valorisation positive de métier des handicapés sera présent

Le 30-08-2018 par Zohra :
Très beau topo il y aura enfin dautres jeunes enfants accompagnés grâce à ces pic ces nouveaux contrats aidés une nouvelle pierre à lédifice

Le 31-08-2018 par Lo :
sur le papier ça à l'air très beau maintenant on demande à voir ... par contre vous avez juste oublié une chose Mme Clusel : revaloriser nos salaires : 734 € par mois je ne crois pas que ce soit respecter notre travail !

Le 03-09-2018 par luc :
bonjour
je suis éducateur en sessad pro .
Je suis étonné de constater que personne ne parle de nous , de notre intervention et de notre action en lien avec l éducation nationale , en faveur de l aide à la mise en place de projets professionnels et de projets d avenir pour les jeunes en situation de handicap .
Pourtant …
Luc lemaire
sessad pro public de Noyon

Le 03-09-2018 par WEBER DANIEL :
RIEN N EST FAIT POUR LES ENFANTS HANDICAPÉS TDAH LEUR MAMAN LEUR FAIT L ÉCOLE À LA MAISON LES PROFFS NE VEULENT PAS SONT OCCUPER TROP DE TRAVAIL

Le 03-09-2018 par Eric :
Bonjour à tous,
Il y a malheureusement un écart profond entre les discours politiciens et la réalité du quotidien.
Je suis le papa d'un jeune garçon de 6 ans, ce matin de rentrée scolaire j'ai accompagné mon fils à l'école. Il était fier, avec son nouveau cartable et ses fournitures scolaires. Réveillé depuis 6h30 du matin il attendait se moment avec la plus grande impatience.
A son arrivée dans la cours de l'école primaire le directeur et la maitresse nous ont informé que mon fils ne pouvait pas rester car son AESH était absent (sans aucune visibilité d'arrivé par ailleurs).
Comme vous pouvez vous en douter mon fils a très mal vécu la situation, se sentant rejeté, exclu par cette toute nouvelle école.
Combien d'autres d'enfants handicapés sont dans le même cas ? Je n'ose pas y penser...

Le 06-09-2018 par Anne :
Bonjour à tous je tiens à apporter mon témoignage sur la reconnaissance et la prise en charge des personnes porteuses de handicap quels qu'ils soient. Une Mamann déficiente visuelle à 80% à transmis malheureusement ce même handicap à ses 2jumeaix âgés de 3 ans. À ce jour refus de crèches école inclusive en suspens demande AESH en attente. Imaginez vous ces parents. Désarmés devant une telle situation et leur désarroi. Vers qui doivent t ils aller? Qui a les réponses ? Les belles propositions fusent de partout. Mais pendant ce temps les enfants dont isoles' ne participent pas à la vie en collectivité et se sentent déjà différents des autres. Et l angoisse le stress les nuits blanches des parents qui fissent par avoir une estimé de Soi au rabais ? Voilà. Ils sont dans un tunnel où la fin n arrive pas Alors qui peut. Me dire comment faire svp? Une Mamie en colère.

Le 06-09-2018 par Nanou :
Pourquoi les personnes différentes n'ont pas accès à la même culture et au sport comme les autres.

Le 09-09-2018 par FANFINOU :
Entièrement d'accord avec Nanou, pourquoi les enfants différents n'ont pas accès au sport, id pour l'école, c'est honteux et aucun gouvernement s'occupent d'eux

Le 11-09-2018 par pascal :
ma fille n'est plus scolarisée en attendant le jugement du TCI. Nous avons refusé l'orientation en IME pour diverses raisons.
Lacadémie ne semble pas prête à recevoir les enfants handicapés dans les établissements.
Donc pour notre fille, c'est lécole à la maison.

Le 11-09-2018 par sdh :
Bonjour à tous, et en particulier à Nanou, qui nous dit que les enfants en situation de handicap n'ont pas accès aux activités sportives. Je voudrais lui répondre directement en citant mon propre cas. Je suis atteint d'une maladie rare, dont je ne parlerais pas ici, et, dans les années 80-90, lorsque j'étais à l'école, au collège et au lycée (en classe normale, non spécialisée !!), j'avais accès aux cours d'Education Physique et Sportive. De la même façon, j'ai toujours eu accès aux sorties culturelles..
Je ne comprends donc pas le problème…

Le 11-09-2018 par florence :
allez vous mettre à disposition des enfants dys ayant un ordinateur les manuels scolaires numériques dans les collèges et lycées

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr