100 IME au sein des écoles d'ici 2027 : confirmé !

La ministre Aurore Bergé, parlant d'une "petite révolution", réaffirme l'ouverture de 100 instituts médico-éducatifs au sein des écoles ordinaires d'ici 2027. Une mission doit définir le cahier des charges début 2024.

• Par

Ne ratez rien de l'actualité du handicap, en recevant notre lettre d'information ! Inscription

« Demain, ce seront 100 IME et le médico-social au cœur de nos établissements scolaires » et, ce, « avant la fin 2027 », soit un par département, réaffirme Aurore Bergé. Ils devraient a priori s'implanter dans les collèges. Le 29 novembre 2023, dans le cadre des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, la ministre des solidarités répond à une question de la député Horizons de Haute-Savoie Anne-Cécile Violland (à partir de la minute 36'40 dans la vidéo ci-contre).

Où en est ce plan ?

Lors de la Conférence nationale du handicap (CNH) en avril 2023, Emmanuel Macron s'est engagé à déployer pour les enfants et les adultes en situation de handicap 50 000 solutions nouvelles d'ici 2030, via la création d'établissements et de services, dont fait partie ce projet de 100 IME pilotes au sein des écoles. Elles doivent être financées par une enveloppe de 2 milliards d'euros. La députée se dit alertée par des acteurs locaux, personnels de structures médico-sociales, qui souhaitent être « acteurs » de cette mise en œuvre mais déplorent l'absence de cahier des charges et de feuille de route. « Où est-on sur le déploiement de ce plan ? », questionne la députée.

Une « petite révolution »

Aurore Bergé rappelle que ces 50 000 solutions nouvelles seront « volontairement plurielles car c'est ce qu'attendent les personnes en situation de handicap ». Elle juge que cette question des IME est « fondamentale » car « longtemps, dans notre pays, on n'avait pas envie de voir la question du handicap, et les IME ont été implantés loin de notre centres-villes, plutôt à l'orée des bois ». C'est, selon la ministre, une « petite révolution », notamment pour « les enfants qui ne pourraient pas être dans une classe ordinaire au sein de l'école ordinaire et qui doivent malgré tout passer la même porte d'entrée que tous les autres enfants ».

Les conclusions d'une mission dédiée en 2024

La rédaction de ce cahier des charges a été confiée à la mission Haussoulier-Carrasco, Lucie de son prénom, styliste française atteinte d'une maladie neuromusculaire génétique rare qu'Emmanuel Macron avait rencontrée à l'issue de la CNH. Stéphane Haussoulier, président du conseil départemental de la Somme, a fait part d'une expérimentation en cours dans son département, qui intègre un IME dans un collège. Leurs travaux seront achevés début 2024 (en février ou au printemps, selon les sources) et « transmis à l'ensemble des professionnels évoqués », promet la ministre.

Au même moment, deux députés (Hugues et Portier), rapporteurs d'une mission d'information sur l'instruction des enfants handicapés, ont remis leurs conclusions le 30 novembre 2023. Ils recommandent eux aussi d'encourager les « dispositifs intégrés », un système « à la carte, hybride », favorisant les « passerelles entre l'école ordinaire et les établissements médico-sociaux, pour que l'enfant puisse changer d'environnement selon ses besoins » (Lire : Ecole : un rapport pointe les limites du tout inclusif? ).

La ministre Aurore Bergé répondant à la question à l’Assemblée.
Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"
Commentaires3 Réagissez à cet article

Thèmes :

Ne ratez rien de l'actualité du handicap, en recevant notre lettre d'information ! Inscription

Handicap.fr vous suggère aussi...
3 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.