AAH au 1er avril 2022 : elle passe à 919,86 euros

16,26 euros de plus par mois pour les bénéficiaires de l'AAH à compter du 1er avril 2022. Elle passe à 919,86 euros, soit une hausse de 1,8 %.

• Par

Thèmes :

Commentaires32 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

DERNIERE MINUTE DU 4 AVRIL 2022
La revalorisation de 1,8% s'applique également pour les pensions d'invalidité et les rentes accidents du travail et maladies professionnelles (ATMP), a fait savoir le secrétariat d'Etat au Handicap dans un communiqué.


ARTICLE INITIAL DU 29 MARS 2022
Comme chaque année au 1er avril, l'Allocation adulte handicapé (AAH) augmente (versement début mai). En 2022, elle passera à 919,86 euros, contre 903,60 en 2021, soit une hausse de 16,26 euros. Cette indexation de 1,8 % est appliquée à la plupart des aides sociales et familiales versées par la CAF (autres prestations en fin d'article). C'est mieux qu'en 2021 où elle n'avait augmenté que de 90 centimes, passant de 902,70 à 903,60 euros ; une aumône de 0,1 % au motif que, à l'époque, la hausse des prix était presque nulle (article en lien ci-dessous). Depuis, la situation s'est corsée et pas sûr que cette réévaluation plus importante suffise à compenser l'actuelle flambée des prix de l'énergie et des produits de consommation courante. Il faudra néanmoins s'en contenter pour le moment, en attendant peut-être une embellie après l'élection présidentielle... En effet, presque tous les candidats d'opposition proposent de réévaluer fortement l'AAH : par exemple 1 000 euros pour Marine Le Pen, 1 060 pour Nicolas Dupont-Aignan, et jusqu'à 1 500 pour Philippe Poutou (article complet en lien ci-dessous).

Un simulateur en ligne

1,22 millions de Français perçoivent chaque mois cette allocation. Ce montant de 919,86 euros, à taux plein, concerne une personne seule et sans ressource. Mais l'AAH peut également être calculée selon les autres revenus (pension d'invalidité, revenus du travail...), notamment perçus par les travailleurs en milieu ordinaire ou en Esat (Etablissements et services d'accompagnement par le travail). Le gouvernement a mis en ligne un simulateur pour découvrir les aides auquel chacun a droit, leurs montants et leurs conditions d'attribution : « Mes droits sociaux » (lien ci-dessous).

Liée aux revenus du conjoint

Rappelons que l'AAH est également liée aux revenus du conjoint, au grand dam des associations qui réclament depuis plus de deux ans sa déconjugalisation, avec l'appui de tous les partis d'opposition, contre la résistance de LREM. Cette revendication s'est d'ailleurs invitée dans le débat des élections puisque tous les candidats, autres que Macron, ont promis d'en finir avec ce « prix de l'amour » s'ils sont élus.

A quelles conditions ?

Trois conditions pour obtenir l'AAH : résider en France, être âgé d'au moins 20 ans (16 ans sous certaines conditions) et être atteint d'un taux d'incapacité permanente d'au moins 80 % ou, s'il est situé entre 50 et 79 %, subir une restriction substantielle et durable d'accès à l'emploi par la CDAPH (Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées). Les ressources annuelles du bénéficiaire (ou du couple) ne doivent pas dépasser un certain plafond, également revalorisé à compter du 1er avril 2022.

Si la personne vit seule
• 11 038,32 euros avec 0 enfant à charge
• 16 557,48 avec 1 enfant
• 22 076,64 avec 2 enfants
• 27 595,80 avec 3 enfants
• 33 114,96 avec 4 enfants

Si la personne est en couple
• 19 979,36 euros avec 0 enfant à charge
• 25 498,52 avec 1 enfant
• 31 017,68 avec 2 enfants
• 36 536,84 avec 3 enfants
• 42 056 avec 4 enfants

Versement, les dates changent

Un petit changement est intervenu depuis le 1er janvier 2022 dans le calendrier de versement des prestations sociales (article en lien ci-dessous). Elles sont délivrées le 5 du mois mais, si ce jour tombe un samedi, dimanche ou jour férié, cela se fera avant, contrairement à la procédure antérieure. En 2022, cela ne concerne que trois mois : février (versement le 4), mars (le 4) et juin (le 3). Pour les autres mois, rappelons que le 5 est la date d'émission du virement de l'organisme de prestation sociale mais la somme n'arrive réellement sur le compte du bénéficiaire qu'un à trois jours plus tard, selon les délais de traitement de sa banque.

Et les autres prestations handicap ? 

• L'allocation d'éducation de l'enfant handicapé (AEEH)
Les parents d'un enfant en situation de handicap de moins de 20 ans peuvent bénéficier de l'AEEH, versée afin de réduire le coût lié aux soins et à l'éducation. Son montant est lui aussi revalorisé, soit 135,13 euros pour l'allocation de base. À noter qu'il peut être augmenté d'un complément de 101,35 à 1 146,69 euros selon la réduction ou cessation d'activité professionnelle des parents, l'embauche d'une tierce personne rémunérée et le montant des dépenses liées au handicap de l'enfant ; le complément AEEH est lui aussi en hausse de 1,8 %. Le parent isolé qui assume seul la charge de son enfant handicapé et bénéficie d'un complément d'AEEH peut toucher une majoration spécifique pour parent isolé, d'un montant qui varie de 54,90 à 451,84 euros en fonction du complément accordé.

• L'allocation journalière de présence parentale (AJPP)
L'AJPP, versée à un parent qui s'occupe de son enfant gravement malade, accidenté ou handicapé, a déjà été revalorisée le 1er janvier 2022 au niveau du SMIC, soit 58,59 euros par jour pour une personne seule, et 29,30 euros par demi-journée. En cas de dépenses supplémentaires liées à l'état de santé de l'enfant, un complément de 112,23 euros par mois peut être versé, sous conditions.

• L'Allocation journalière du proche aidant (AJPA)
Cette aide est versée aux actifs qui ont pris des congés ponctuels pour s'occuper d'un proche en perte d'autonomie. Elle n'est pas conditionnée par le niveau des ressources mais, en tant que revenu de remplacement, elle est fiscalisée. Son montant est de 58,59 euros pour une journée et de 29,30 euros pour une demi-journée.

• L'allocation forfaitaire en cas de décès d'un enfant
Elle est versée par la Caf aux familles touchées par le décès d'un enfant de moins de 25 ans vivant au sein du foyer. Son montant est conditionné aux ressources :
- 1 019,04 euros si les revenus perçus en 2020 sont supérieurs à 87 650 euros
- 2 038,03 euros s'ils sont inférieurs ou égaux à 87 650 euros.

Cette allocation s'inscrit dans un dispositif de soutien aux familles endeuillées. Dès que la Caf reçoit l'information, elle adresse aux parents une proposition de rendez-vous dans un de ses accueils ou au domicile pour étudier la situation de la famille, évaluer l'accès à des aides et faciliter les démarches administratives. Le dispositif est également conçu pour mobiliser, si besoin, des dispositifs de soutien afin de faciliter la nouvelle organisation de vie.

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires32 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
32 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.