AAH individualisée: pour "Osez le féminisme" il y a urgence!

L'association "Osez le féminisme!" juge "urgent de désolidariser" le calcul et le versement de l'AAH "des revenus du conjoint" pour permettre "l'autonomie des femmes en situation de handicap" et les protéger "contre les violences".

• Par

Thèmes :

Commentaires8 Réagissez à cet article
Illustration article

Il y a un an, "l'Assemblée nationale votait un texte visant à désolidariser le paiement" de l'Allocation adulte handicapé (AAH) "des revenus du conjoint ou de la conjointe. A la suite d'une mobilisation massive, le Sénat examinera ce texte le 9 mars 2021. Il y a urgence", affirme l'association "Osez le féminisme!" dans un communiqué le 14 février 2021, afin de permettre "l'autonomie des femmes en situation de handicap" et de les protéger "contre les violences".

34 % victimes de violences conjugales

Cette allocation est "souvent la seule ressource" des personnes handicapées, qui dépendent "donc entièrement" de leur conjoint pour leurs "dépenses courantes", leurs "frais de santé", relève l'association. Or, "en cas de séparation, le versement de l'AAH n'est pas automatique et les femmes en situation de handicap se retrouvent alors sans ressources. Dans ces conditions, réussir à quitter un conjoint violent devient une mission impossible", s'inquiète Osez le féminisme, en précisant que "34 % des femmes en situation de handicap sont victimes ou ont été victimes de violences de la part de leur conjoint".

Un nouveau dispositif "efficace" ?

Interrogée ce 14 février 2021 sur France Inter, la secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées, Sophie Cluzel, a dit préparer "un dispositif efficace" afin qu'il n'y ait pas de "mise en dépendance" des femmes handicapées "subissant des violences dans leur couple". "Je serai intraitable pour qu'elles récupèrent immédiatement leur allocation", a-t-elle affirmé. Mais, a-t-elle ajouté, "toutes les allocations sont sous conditions de ressources" avec une prise en compte de celles du couple, "c'est l'essence même de notre pratique". Les personnes handicapées "veulent être citoyens de droit commun, donc avoir des allocations qui sont sous conditions de ressources", a-t-elle assuré. En outre, si une personne handicapée qui travaille n'est plus en couple, "son plafond va baisser" et elle risque aussi de "perdre son allocation. Donc, ce n'est pas si simple que ça", a fait valoir la secrétaire d'Etat.

Versée à 1,2 million de personnes

Créée en 1975 pour compenser l'incapacité de travailler, l'AAH est versée selon des critères médicaux et sociaux. Augmentée en 2019, elle est passée de 820 à 900 euros mensuels (maximum pour une personne seule). Elle est actuellement versée à plus d'1,2 million de personnes, dont 270 000 vivent en couple.

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2021) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires8 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
8 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.