Adhérer à un club : le handisport remotive ses troupes!

Dans un contexte sanitaire difficile, la Fédération française handisport tente de remotiver ses troupes vis sa campagne nationale "Mon club handisport, j'adore, j'adhère". Elle publie par ailleurs ses nouvelles consignes sanitaires.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

« Mon club handisport, j'adore, j'adhère », c'est le slogan de la nouvelle campagne nationale lancée par la Fédération française handisport. A l'heure où la menace de la Covid pèse sur les structures sportives, elle affirme : « Le sport, c'est mieux dans un club » et assure que « malgré le contexte difficile et les mesures sanitaires actuelles contraignantes, les clubs handisport sont plus que jamais mobilisés pour réussir cette nouvelle saison ».

1 400 clubs affiliés

Le leitmotiv de la fédé ? « Le sport permet l'épanouissement personnel de toutes les personnes en situation de handicap physique et sensoriel. » Sur tout le territoire, via ses 1 400 clubs affiliés, la FFH propose une offre variée et accessible au plus grand nombre, que ce soit en compétition ou pour le plaisir, avec « un encadrement formé aux disciplines et au handicap ».  Sa devise : « Intégrer un club handisport et s'y épanouir permet très souvent de comprendre que l'échec, ce n'est pas de rater, mais de ne pas essayer ». Où trouver un club ? L'annuaire Handisport en ligne, dans sa rubrique « Où pratiquer », propose les coordonnées des clubs métropolitains et d'Outre-mer. Les pratiquants peuvent également se rapprocher de leur comité départemental ou régional. 

Quelle reprise en temps de Covid ?

Suite aux annonces du ministre de la Santé du 23 septembre 2020 et aux nouvelles mesures mises en place par le gouvernement en raison de l'évolution de l'épidémie, la FFH publie sa « nouvelle doctrine sanitaire et médicale » avec les protocoles applicables disponibles dans le nouveau « Guide de reprise handisport » (en lien ci-dessous). Il prend le relais des précédents « Plans de déconfinement fédéraux ».  Mais il est susceptible d'évolution permanente selon le contexte local. Les mesures gouvernementales prises pour lutter contre la propagation du virus sont déclinées par zones et leur application est laissée au pouvoir d'appréciation des préfets. Le 5 octobre 2020, par exemple, face à la dégradation de la situation sanitaire constatée à Paris et sa petite couronne, le préfet de police, en concertation avec les élus, restreint l'accès à certains équipements sportifs, notamment couverts, dès le lendemain, pour 15 jours minimum.


Ces restrictions ne remettent pas en cause l'accès à ces équipements (gymnases, piscines, ...), tant dans les zones d'alerte renforcée que celles d'alerte maximale, pour les publics prioritaires que sont les scolaires, les mineurs dont les activités sont encadrées par des éducateurs d'associations, de délégataires de service public ou de collectivités, l'ensemble des sportifs de haut niveau inscrits sur les listes, les sportifs professionnels et les publics en formation professionnelle. 

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.