Autisme : un guide pratique pour aider les maires à agir

Aider les maires à mieux prendre en compte les personnes autistes dans chaque commune, c'est l'ambition du guide pratique de l'association des maires de France publié en novembre 2022. 23 pages de bonnes pratiques !

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

« Le maire est souvent le premier interlocuteur des personnes diagnostiquées, en cours de diagnostic ou de leurs aidants, et intervient en premier lieu pour relayer les demandes des habitants, soutenir un dossier MDPH< /em> (ndlr : Maison départementale des personnes handicapées), proposer un logement social, adapter les horaires d'un agent dont l'enfant a été reconnu autiste, etc. », affirme l'association des maires de France (AMF). A l'occasion de son 104e congrès qui s'est tenu du 22 au 24 novembre 2022, elle dévoile un nouveau guide pratique qui vise à accompagner les élus souhaitant développer davantage les dispositifs en faveur des près de 700 000 Français avec autisme. Au sommaire : une quinzaine de bonnes pratiques parmi les 200 projets locaux identifiés dans une enquête réalisée par l'association en septembre 2021.

Emploi, soins... Dix fiches pour favoriser l'inclusion

Après une définition de l'autisme et la liste des partenaires à mobiliser à l'échelle du département et de la région, ce livret numérique de 23 pages fournit dix fiches qui visent à « agir concrètement pour favoriser l'inclusion » : des solutions pour agir dès le plus jeune âge, à l'aide aux aidants, en passant par l'accès à école, à l'emploi, au logement, aux soins ou encore aux activités physiques et culturelles... Objectif : inspirer et montrer que chaque commune, quelle que soit sa taille, peut se mobiliser.

Adapter les services publics

« L'une des premières actions très simples déjà développée par de nombreuses communes est d'être un relai d'information pour orienter les personnes autistes ou les proches aidants vers les dispositifs d'accompagnement proposés par d'autres structures », explique l'AMF qui exhorte également à ouvrir les services publics et les activités proposées par la commune aux personnes autistes. Or seuls 36 % des 1 049 répondants disent avoir adapté les services publics de la collectivité, pointe l'enquête de l'AMF. « Cela peut s'expliquer par les caractéristiques démographiques (absence de besoin dans certaines communes de moins de 1 000 habitants, par exemple) ou techniques (réduction des moyens financiers et/ou humains limitant la capacité d'intervention) de la collectivité », détaille-t-elle, évoquant également « la faible lisibilité des dispositifs mobilisables » ou encore « un manque de prise de conscience de la capacité à agir de la commune ».

Un partenariat avec les associations

Pour aller plus loin, les maires peuvent également, selon l'AMF, être un partenaire pour les structures d'accompagnement, particulièrement associatives, qui proposent des projets adaptés et inclusifs. 53 % des personnes interrogées ayant connaissance d'une offre associative d'accompagnement sur leur territoire se disent « bien sensibilisées » à la question de l'autisme contre 23 % seulement de ceux n'ayant pas connaissance de cette offre, révèle l'étude. Toutes les démarches citées constituent « un excellent point de départ, accessible à chacun, à la mise en place de politiques inclusives plus ambitieuses », assure l'AMF.

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.