Alexandre, double greffé des poumons, finit un half Ironman

1,9 km de nage, 90 de vélo et 21,1 de course à pied. C'est la distance parcourue par Alexandre Allain, atteint de mucoviscidose et double greffé des poumons, lors de " l'Ironman 70.3" des Sables d'Olonne le 3 juillet 2022, après 8h25 d'effort.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

8h25. C'est le temps qu'Alexandre Allain a mis pour boucler l'half IronMan des Sables-d'Olonne (Vendée) le 3 juillet 2022, « soit à peu près la durée de mon opération pour ma greffe des poumons », témoigne le sportif atteint de mucoviscidose. Parti à 7h pour 1 900 mètres de natation en mer, il lui a fallu enchaîner avec 90 kilomètres de vélo puis 21,1 de course à pied. S'il figure parmi les derniers à franchir la ligne d'arrivée de ce triathlon XXL, le jeune Sarthois de 26 ans qui court sous les couleurs de l'association Grégory Lemarchal (article en lien ci-dessous) est l'un des plus acclamés. En effet, son parcours et son engagement forcent le respect. Des participants, sa famille, les organisateurs l'attendaient nombreux sur la lignée d'arrivée.

Double greffe des poumons en 2017

Diagnostiqué deux ans après sa naissance, Alexandre « carbure » aux défis humains et sportifs. En 2014, il se lance dans un roadtrip en Europe à bord d'une R6 et avale près de 11 000 kms à travers 19 pays, durant 23 jours. Objectif : sensibiliser à cette maladie génétique incurable qui touche environ 7 000 personnes en France. A peine remis de sa double greffe des poumons en 2017, il devient, deux ans plus tard, la première personne atteinte de mucoviscidose et greffée des poumons à traverser l'Atlantique à la voile en équipage. En 2021, nouveau challenge : le marathon de Paris. 42 kilomètres à travers la Capitale et un beau clin d'œil à l'arrivée puisqu'il termine main dans la main avec Antoine Meugniot, le chirurgien qui lui a sauvé la vie en 2017.

« Se sentir vivant »

Entre temps, il publie « Un souffle d'espoir », un livre préfacé par Brigitte Macron, dans lequel il explique comment chaque épreuve est devenue son moteur. Après 8h25 d'effort aux Sables-d'Olonne, le souvenir de l'opération n'est d'ailleurs pas très loin : « C'est le même combat pour les deux, dur et engagé, constate Alexandre, mais au final le même soulagement et la même émotion d'être heureux et de se sentir vivant ».

@Ironman – activ'images

Illustration article
Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Clotilde Costil, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.