Handicapés, marginalisés, ils font carrière dans la culture

En 2019, les travailleurs handicapés toujours plus marginalisés ? Pour faire bouger les lignes, ACT'PRO JARIS lance sa campagne " Différents et Alors ! ". 4 portraits de chansigneurs pour prouver que les métiers de la culture sont ouverts à tous.

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

Un cri d'alarme tout en grâce ! En chansigne, chorégraphie en langue des signes, ils réinterprètent des chansons incontournables pour les rendre accessibles aux malentendants. Ces quatre portraits d'une minute sont à l'honneur dans la campagne 2019 « Différents et Alors ! » : Soleil de Roméo Elvis interprété par Adamo Sayad, La grenade de Clara Luciani chansignée par Clémence Colin, Balance ton quoi d'Angèle par Amélie Hoarau ou encore Trop beau de Lomepal par Sébastien Barty. Cette « collection » a été récompensée le 8 novembre 2019 par le jury du Festival Regards croisés parmi 49 courts métrages en compétition sur le thème « métiers et handicap » (article en lien ci-dessous). Une signature élégante, émouvante pour interpeller sur un sujet qui peine à s'imposer dans les entreprises : l'accès à l'emploi des personnes handicapées.

Une association militante

On doit cette collection à l'association ACT'PRO JARIS. JARIS comme « Journaliste Apprenti Reporter Interviewer Solidaire ». Produits par d'anciens stagiaires de cette formation qui a déjà accompagné 180 personnes, son objectif est de montrer au grand public que ni les métiers artistiques ni ceux de la production audiovisuelle ne sont inaccessibles aux personnes handicapées. Pour élargir leur audience, ces films seront diffusés sur des chaînes de télé nationales durant la 23ème édition de la SEEPH (Semaine pour l'emploi des personnes handicapées) du 18 au 24 novembre (article en lien ci-dessous), dans un contexte où la situation sur le marché de l'emploi pour les personnes handicapées est toujours plus préoccupante.

Un chômage accru

Pour rappel, avec 19 %, leur taux de chômage est deux fois supérieur à celui des travailleurs « ordinaires ». Au-delà de ce chiffre éloquent, se pose la question de la formation. Si ces personnes en marge de la société ont tant de mal à s'intégrer à la vie des entreprises, c'est non seulement parce ces dernières ne sont pas bien préparées à les accueillir mais aussi parce que ces hommes et ces femmes nécessitent un accompagnement dédié et personnalisé pour retrouver le chemin de l'employabilité. Souvent sous diplômées, diplômées mais inconsidérées, souffrant d'un manque considérable de confiance en elles, les travailleurs en situation de handicap rencontrent toujours plus de difficultés et d'obstacles, qu'ils soient administratifs, personnels ou en lien avec leur qualification.

La référence dans le milieu culturel

Dans ce contexte jugé alarmant, ACT'PRO, association loi 1901 agréée Etablissement Solidaire d'Utilité́ Sociale, s'est imposée comme un acteur majeur de l'éducation, la formation et l'insertion de personnes handicapées « sociales », physiques ou psychiques. Depuis 2005, à travers son action JARIS, elle est devenue l'organisme de référence dans les secteurs du journalisme, de l'audiovisuel et de la culture, proposant un accompagnement personnalisé (aides au logement, aux déplacements, ateliers de PNL, de reprise de confiance en soi, de prises de paroles en public etc...) et de la formation ciblée (monteurs, cadreurs, étalonneurs, journaliste multimédia, assistant de rédaction etc...). A travers, JARIS Productions, elle emploie sur ses réalisations audiovisuelles les personnes qui ont suivi le programme de formation. Plus de 100 heures de programmes ont ainsi été produites. Chaque année, 12 personnes intègrent cette formation entièrement gratuite.

Laissés sur le carreau

Malheureusement, la réforme de la formation professionnelle, dans le cadre de la loi travail Pénicaud, ne va pas dans le bon sens pour les quelques acteurs qui accompagnent spécifiquement ces publics dans leur parcours d'inclusion professionnelle. Poussées vers la formation en apprentissage, en alternance avec une entreprise, ces personnes qui n'ont souvent pas le bac (75% d'entre elles) ne peuvent que difficilement y accéder (source AGEFIPH et Ministère du Travail). Elles ne sont pas prêtes. Seul un accompagnement dédié, préparant à un enseignement qualifiant et au monde de l'entreprise, peut leur permettre de se réinsérer dans la vie active. Les associations comme ACT'PRO font les démarches de pré-qualification et d'accompagnement jusqu'à l'emploi ou un contrat d'apprentissage mais ont toujours plus de mal à trouver les soutiens et les financements auprès des Pôle emploi, des Cap emploi et de l'AGEFIPH pour accompagner ces formations et permettre la gratuité pour un public majoritairement en précarité. Au final, ce sont les trois-quarts des personnes en situation de handicap en demande d'un accompagnement personnalisé pour sortir de leur marginalisation qui pourraient être laissées sur le carreau. Un seul mot d'ordre :  « Action ! ».

Partager sur :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :