Hôpitaux publics : un geste pour les "oubliés du Ségur"?

La Fédération des hôpitaux de France (FHF) a demandé à Jean Castex, d'accorder à quelque 55 000 fonctionnaires hospitaliers, exclus des "accords de Ségur", l'augmentation générale de 183 euros net par mois, pointant "une injustice profonde".

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

Le compte n'y est toujours pas : à l'heure où les premières hausses de salaires, d'un montant de 183 euros net par mois, du "Ségur" sont versées à l'hôpital public, le président de la Fédération des hôpitaux de France (FHF), Frédéric Valletoux, a voulu "alerter le gouvernement sur l'exclusion lourde de conséquences d'une partie des professionnels", selon un courrier daté du 13 novembre 2020 et que l'AFP s'est procuré. Cette "différence de traitement non justifiée" concerne 55 000 personnes "qui exercent dans les secteurs médico-social et social : handicap, services de soins infirmiers à domicile, protection de l'enfance", précise-t-il (article en lien ci-dessous). Des "effets de bord" déjà signalés au ministre de la Santé, Olivier Véran, et à sa ministre déléguée à l'Autonomie, Brigitte Bourguignon, "à ce jour sans réponse".

Déficit d'attractivité majeur ?

Les principaux syndicats hospitaliers ont pourtant eux aussi tiré le signal d'alarme : la CFDT et FO ont appelé chacune à une journée de grève (respectivement le 13 octobre et le 5 novembre) sur cette revendication, qui était également reprise par la CGT et SUD lors de leur journée de mobilisation du 15 octobre. La FHF s'inquiète pour sa part d'"une forte incompréhension des agents et des tensions de plus en plus nombreuses au sein des établissements" publics, où ceux qui ont reçu l'augmentation côtoient ceux qui n'y ont pas droit. Redoutant "un déficit d'attractivité très important" pour ces métiers, M. Valletoux presse l'exécutif de trouver "une solution équitable", faute de quoi le "Ségur" serait perçu "comme une injustice profonde qu'aucun discours de la part des pouvoirs publics n'est objectivement en mesure de justifier".

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2020) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.