Journée de solidarité : près de 3 milliards d'euros en 2020

2,9 milliards d'euros, c'est ce que devrait générer la journée de solidarité en 2020, soit 11 % des recettes de la caisse nationale de solidarité pour l'autonomie. Le but : financer une meilleure prise en charge des personnes âgées ou handicapées.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

La journée de solidarité, créée en 2004 pour financer une meilleure prise en charge des personnes âgées ou handicapées, devrait rapporter 2,948 milliards d'euros en 2020, a indiqué, le 28 mai 2020, la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA). Instaurée l'année suivant la canicule meurtrière de 2003, cette journée est en fait un prélèvement correspondant à 0,3 % de la masse salariale annuelle, la contribution solidarité autonomie (CSA).

Libre choix des employeurs

Au départ, cette mesure était compensée par un jour travaillé non payé -le lundi de Pentecôte- mais depuis 2008 cette contrepartie est laissée à l'appréciation des employeurs, qui peuvent supprimer un jour de congé ou offrir cette journée à leurs salariés. La taxe a été étendue en 2013 aux retraités imposables, dont les pensions sont également ponctionnées de 0,3 % au titre de la contribution additionnelle de solidarité pour l'autonomie (Casa).

Des recettes insuffisantes ?

Cette année, la collecte devrait approcher 2,1319 milliards d'euros chez les actifs et 816,5 millions chez les retraités, détaille la CNSA dans un communiqué. Cela représente près de 11 % des recettes du budget de la Caisse. Depuis leurs créations, la CSA a rapporté 37 milliards d'euros et la Casa 5,7 milliards. Ces recettes annuelles ne couvrent toutefois que 4 à 5 % des dépenses liées à la compensation de la perte d'autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées, estimée à plus de 65 milliards d'euros par an en finances publiques (État et départements).

Bientôt une 5e branche de la Sécurité sociale ?

La crise liée au coronavirus, qui a particulièrement affecté les personnes âgées, a remis en lumière les difficultés du secteur de la perte d'autonomie et les besoins des professionnels des maisons de retraite et de l'aide à domicile. Dans un récent projet de loi relatif à la "dette sociale", le gouvernement a ouvert la voie à la création d'une "cinquième branche" de la sécurité sociale pour couvrir les risques de la vie liés à la perte d'autonomie et au handicap (article en lien ci-dessous). Il promet en outre une augmentation, à partir de 2024, du financement de la dépendance en réorientant 2,3 milliards d'euros de CSG depuis la Caisse d'amortissement de la dette sociale (Cades) vers la CNSA.

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2020) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.