Panama légalise l'usage du cannabis à des fins médicales

Le Parlement du Panama a approuvé le 31 août 2021 un projet de loi légalisant l'usage du cannabis à des fins médicales, faisant de ce pays le 1er en Amérique centrale à autoriser la consommation de cette substance.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

Ce projet, à l'initiative du président de l'assemblée législative du Parlement unicaméral du Panama, Crispiano Adames, a été approuvé par 44 voix pour et aucune contre. Le texte doit encore être promulgué par le président Laurentino Cortizo. "Cette mesure viendra aider des centaines de Panaméens qui jusqu'à présent se trouvaient dans l'impossibilité d'acquérir ce médicament", a déclaré le député Leandro Avila, membre du même parti que M. Adames, le Parti révolutionnaire démocratique (au pouvoir, social-démocrate).

Améliorer la qualité de vie

L'usage du cannabis sera à des "fins thérapeutiques, médicales, vétérinaires, scientifiques et de recherche sur tout le territoire national", indique le texte approuvé au Parlement. Ses défenseurs visent à améliorer la qualité de vie des malades souffrant de glaucomes, épilepsie, arthrite, migraines, convulsions et d'autres types de douleur, mais aussi du cancer. Panama devient ainsi le premier pays centraméricain à approuver une loi légalisant l'usage du cannabis. Sa culture, exploitation, usage et commercialisation, y compris à l'exportation, seront encadrés via des licences accordées par l'Etat.

Et en France ?

Rappelons que la France a constitué, mi-août 2021,  un comité scientifique qui doit déterminer si notre pays peut se lancer dans la culture du cannabis à usage médical, toujours interdit. En parallèle, depuis mars 2021, une expérimentation est menée sur des patients volontaires (articles en lien ci-dessous).

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2021) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.