Prime exceptionnelle versée avant Noël aux pro du domicile

L'Etat entend reconnaître l'engagement des professionnels du domicile engagés dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19. Avec l'aide des départements, une prime de 1 000 euros maxi leur sera versée avant fin 2020. 160 millions d'euros au total.

• Par

Thèmes :

Commentaires1 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

Ils étaient les « oubliés de la prime Covid », de l'aveu même d'Emmanuel Macron. « L'engagement des professionnels des services à domicile a été et demeure crucial pour prendre soin des populations vulnérables (800 000 personnes âgées et 300 000 handicapées), dans un contexte de crise sanitaire exceptionnelle », assure le gouvernement dans un communiqué. Le 4 août 2020, le chef de l'Etat faisait d'ailleurs un déplacement à Toulon à la rencontre de ces professionnels, des femmes à 97 % (article en lien ci-dessous). 

Des primes à plusieurs vitesses

Au même titre que les soignants, les pouvoirs publics, afin de « reconnaître pleinement leur mobilisation », s'était engagé à ce qu'une « prime exceptionnelle » puisse également être versée à « ceux ayant été présents sur le terrain ». Mais il y avait un hic. Elle devait être financée par l'Assurance maladie pour les services dépendant de cette dernière (services de soins infirmiers à domicile (SSIAD)). Au-delà, le Gouvernement « souhaitait » qu'elle puisse également être accordée aux professionnels des services d'aide et d'accompagnement à domicile (SAAD) dont le financement relève des conseils départementaux (article en lien ci-dessous). En dépit des intentions, louable, cette option s'est heurtée à de grandes disparités selon les départements : de 1 500 à 0 euros en fonction des capacités financières de chacun. Cette « injustice » n'a pas manqué de susciter la colère de certains professionnels concernés et de leurs représentants (article en lien ci-dessous).

Avant fin 2020

Après échanges entre le Premier ministre et la ministre déléguée à l'autonomie, en lien avec la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées, l'ADF (Assemblée des départements de France) a souhaité « encourager fortement la dynamique des collectivités départementales s'engageant dans le versement de primes aux salariés du secteur ». Pour les soutenir, l'Etat a donc décidé de mobiliser une aide exceptionnelle de 80 millions d'euros. Mais à une condition ! Que les départements s'engagent sur le même montant avant septembre, portant donc l'enveloppe globale à 160 millions d'euros. Elle a été calculée pour permettre le versement de primes de 1 000 euros au prorata du temps passé, et sera répartie par la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA). Cette aide, qui devra être accordée avant Noël, entre septembre et décembre, sera « non imposable et non soumise à prélèvements sociaux ». 320 000 aides à domiciles seraient concernées. Les conseils départementaux l'ayant déjà attribuée seront éligibles au soutien national. L'Uniopss (Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés non lucratifs sanitaires et sociaux) se « félicite » de cette mesure.  

Revaloriser les métiers du soin et du lien

Au-delà, l'Etat et l'ADF continueront à « collaborer dans le cadre de la réforme Grand âge et autonomie pour revaloriser les métiers du 'prendre soin' qui accompagnent les personnes âgées dépendantes et en situation de handicap », assure le gouvernement. Un rapport présenté en juin 2020 à l'Assemblée appelait à mettre la main au porte-monnaie pour « les métiers qui permettent de tisser du lien du berceau à la tombe », dressant 43 propositions pour améliorer les conditions d'exercice des assistantes maternelles, accompagnantes d'enfant en situation de handicap (AESH), animatrices périscolaires, et aides à domicile, particulièrement mises en lumière pendant la crise du coronavirus (article en lien ci-dessous). L'Uniopss, qui atteste des « difficultés à recruter dans ces secteurs » se « satisfait de l'engagement de renforcer l'attractivité des métiers » et considère l'annonce du Président de la République comme une « avancée ». De son côté, le Collectif handicaps « salue ces déclarations claires sur le périmètre de la loi autonomie qui devra inclure les situations de handicap et le grand âge ».

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires1 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
1 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.