Sauvé par Pascal Obispo, Nicolas se raconte dans un livre

En 2008, Nicolas se fait percuter par un automobiliste. Il perd une jambe et un bras mais a la vie sauve grâce à Pascal Obispo. L'un retrace cette rencontre en chanson, l'autre en fait un livre. Leur credo : "On n'est pas seul sur la Terre".

20 septembre 2019 • Par

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

« Départementale 106. C'est comme si c'était hier. Un mardi soir de février. Sur un deux roues en solitaire, il roulait tranquille, heureux sur sa planète, quand soudain au loin un réverbère... Dans les phares du break, filant sous les étoiles, jaillit un éclair. C'est mobylette en vol plané. En mille morceaux de lui cassés avec. (...) Dans le désordre et l'odeur d'essence, il prit l'homme sans bras dans ses bras. Le déposa dans le fossé, sans défense, en lui chuchotant 'ça ira, ça ira'. » Cette histoire bouleversante est celle de Nicolas Lacambre, victime d'un accident de la route en 2008. Bien plus qu'un bras et une jambe, le chauffard qui l'a percuté, cette nuit d'hiver, lui a « volé ses rêves ». Celui qui se porte à son secours ? Le chanteur Pascal Obispo, qui le rassure et le met à l'abri en attendant l'arrivée des secours. De cet évènement tragique est née une profonde amitié, mais pas seulement...

Une chanson poignante

Un peu plus de dix ans plus tard, le chanteur sort un titre « On n'est pas seul sur la Terre », en hommage à celui qu'il appelle « l'homme de fer ». Un clip sobre et minimaliste, qui met en lumière le lien qui unit les deux hommes, accompagné d'un texte poignant : « Comme un animal se fait la malle, le chauffard s'est barré c'était fatal, emportant avec lui les rêves et les envies d'un innocent dont il venait de voler la vie ». Cette mélodie exprime aussi les difficultés auxquelles Nicolas a dû faire face par la suite : « Quand la vie ne tient plus qu'à un fil, pas besoin d'être un messie... Et savoir qu'il n'y avait plus grand chose à faire pour perdre aussi la parole ».

Un livre témoignage

La parole, Nicolas l'a bel et bien retrouvée mais c'est par écrit qu'il décide de livrer son message. Son livre témoignage (éditions Flammarion, sorti le 18 septembre 2019), éponyme de la chanson, retrace cette douloureuse reconstruction jusqu'à sa « renaissance ». Sans oublier l'apparition de celui qu'il nomme « l'ange de la route », à qui il dédie un poème. « Il suffit d'un rien pour que la vie s'achève. Il suffit d'un ange pour que le vent se lève, et me sauve de la mort qui me tacle, et m'emmène dans le champ des miracles. » Une rencontre salvatrice qui lui a permis de « retrouver goût à la vie ». Nicolas a ainsi créé l'association Handy fan club en 2012 pour permettre aux supporters en situation de handicap des Girondins de Bordeaux de vivre pleinement leur passion du foot.

« Même s'ils nous marchent sur la tête, même s'ils nous envoient en l'air, on n'est pas seul, on n'est pas seul », fredonne Pascal Obispo. Une ode à la vie fédératrice et inspirante qui ne laisse aucune place à la haine.

Illustration article
Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.