Tiers-lieux autonomie, espace de rencontre dans le quartier

Renforcer les services de proximité pour les personnes âgées et handicapées, c'est le mantra de la Seine-Saint-Denis, aux portes de Paris, qui multiplie les tiers-lieux, des structures organisées par et pour les habitants au sein des quartiers.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

Un café associatif intergénérationnel, une ferme maraîchère en plein centre de Drancy, un atelier pour apprendre à cuisiner… Ces trois adresses situées en Seine-Saint-Denis (93) ont un point commun : ce sont des tiers-lieux « autonomie ». Concept importé des Etats-Unis dans les années 1980, le tiers-lieu est un lieu hybride de proximité où s'organise une diversité d'activités et de services. Sa particularité ? Il accorde une place importante, dans sa gouvernance et son fonctionnement, aux habitants et professionnels qui interviennent dans le quartier. Régulièrement surnommé « terre d'innovation », le 93 mise depuis le lancement de son schéma « autonomie et inclusion » en 2019 sur la mise en place de ces tiers-lieux accessibles à tous et répartis aux quatre coins du département (Le Blanc-Mesnil, Noisy-le-Grand, Aubervilliers…).

11 tiers-lieux labellisés depuis 2020

La collectivité compte onze établissements labellisés « autonomie dans mon quartier », qui ont répondu à un premier appel à projet en 2020, dont huit accueillent déjà du public. Leur mission ? Enrayer l'exclusion ressentie par les personnes âgées et en situation de handicap et soutenir les aidants et les professionnels. Le 20 décembre 2022, la Seine-Saint-Denis a présenté cinq nouvelles structures (associations, organismes de logement social, entreprises solidaires d'utilité sociale). Lauréates d'un deuxième appel à projets, elles viennent compléter le maillage actuel. Chacune peut bénéficier d'un soutien financier de 50 000 euros par an pour couvrir les dépenses de fonctionnement ou encore d'une aide unique de 100 000 euros maximum pour participer aux frais de construction, de réhabilitation ou d'ameublement du bâtiment. « Nous sommes convaincus de l'importance des tiers-lieux pour lutter contre l'isolement des séniors et des personnes en situation de handicap, mais aussi pour écouter et accompagner les aidants et aides à domicile qui ont plus que besoin de ces espaces de pause, de rencontres et d'échanges », explique Stéphane Troussel, président du département de la Seine-Saint-Denis.

Espaces d'accueil et de loisirs

A terme, elles permettront aux « personnes vulnérables ou isolées » d'avoir un accès à l'information, à une orientation ou à un accompagnement vers les aides et les professionnels du territoire. Mais praticité doit aussi rimer avec convivialité et ces tiers-lieux offrent aux usagers des moments de partage intergénérationnels. Certains proposent des activités ludiques, participatives, de la couture aux pratiques physiques adaptées en passant par les loisirs créatifs, le potager partagé, le sport bien-être, l'initiation au numérique ou encore les animations jeux. Une sorte de maison de quartier nouvelle génération ! Un nouvel appel à projets sera lancé en juin 2023, « pour poursuivre les objectifs du département ». Une trentaine de structures devraient voir le jour d'ici 2025.

© Page Facebook Seine-Saint-Denis

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Clotilde Costil, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.