Vincent Lambert : 1500 personnes dans la même situation ?

Alors que l'arrêt des soins de Vincent Lambert devrait débuter dans les prochains jours, François-Xavier Bellamy (LR) demande "du temps" et l'intervention d'Emmanuel Macron sur cette "question fondamentale". Les parents l'ont également sollicité.

20 mai 2019 • Par

Thèmes :

Illustration article

François-Xavier Bellamy, tête de liste LR aux élections européennes, a demandé dimanche "qu'on se laisse le temps" dans le dossier Vincent Lambert, dans lequel Emmanuel Macron devrait intervenir, selon lui. Les parents de ce patient tétraplégique en état végétatif depuis plus de dix ans vont déposer de "nouveaux recours" ce 20 mai 2019, jour du début programmé de l'arrêt des traitements auquel ils s'opposent, ont annoncé leurs avocats dimanche sans préciser devant quelle juridiction.

Compte à rebours atroce

Tout en soulignant qu'il s'agit "d'une question complexe", le professeur de philosophe, interrogé lors du grand jury RTL/Le Figaro/LCI, a estimé qu'on "devrait écouter le Comité pour les droits des personnes handicapées (de l'ONU, ndlr) qui demande qu'on se laisse le temps". "Il y a aujourd'hui 1 500 patients français qui sont dans des situations proches de la sienne, des instituts spécialisés proposent d'accueillir Vincent Lambert, j'ai du mal à comprendre qu'on se précipite", a-t-il ajouté, en exprimant "sa compassion" pour ses "parents qui vivent ce compte à rebours qui a quelque chose d'atroce". Interrogé sur des appels à légaliser l'euthanasie, le professeur de philosophie a répondu que "la loi (Léonetti) mérite d'être appliquée d'abord". "Si nous entrons dans cette voie dangereuse qui consiste à dire qu'une vie dépendante, une vie fragile, une vie malade, ne mérite pas d'être vécue, alors nous allons construire un monde inhumain et c'est un enjeu majeur des années à venir", a-t-il mis en garde.

Emmanuel Macron sollicité

"Je crois que (Emmanuel Macron) devrait intervenir, je crois qu'il devrait donner son sentiment sur cette question fondamentale", a aussi plaidé M. Bellamy qui juge que "derrière Vincent Lambert, c'est la question de notre rapport à l'extrême dépendance qui se joue". "Le président de la République ne veut pas aller à l'encontre de décisions de justice, il peut simplement donner sa grâce à un condamné, ce qui est très différent de ce que les parents de Vincent Lambert demandent", a réagi sur France 3 Nathalie Loiseau, tête de liste de la majorité, alors que les parents de Vincent Lambert ont également demandé l'intervention du chef de l'Etat. "Je me mets à la place de ses parents, je pense qu'ils vivent une tragédie, je pense que personne ne peut juger, que c'est très douloureux, que rien de tout cela n'est simple, mais je ne suis ni juge, ni médecin, donc je n'ai pas à dire ce que je pense de cette affaire", a-t-elle ajouté.

Obstination déraisonnable

Après la validation par le Conseil d'Etat fin avril de la décision médicale d'arrêter l'alimentation et l'hydratation, le Dr Vincent Sanchez a annoncé à la famille l'arrêt des soins la semaine du 20 mai. Les avocats des parents ont depuis saisi un organisme de l'ONU, le Comité des droits des personnes handicapées (CDPH), qui a demandé à la France de ne pas suspendre les soins dans l'attente de l'examen du dossier par ses soins. Mais la France répète que ces mesures conservatoires "sont dépourvues de caractère contraignant" et met en avant le "droit du patient à ne pas subir d'obstination déraisonnable".

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2019) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.