Ressources et handicap : ils interpellent les députés !

Résumé : Opération "L'APF réveille la majorité !" en Pays de Loire et Morbihan. Elle tente d'interpeller les parlementaires sur les conditions de ressources de certaines personnes handicapées qui ne bénéficieront pas des revalorisations promises.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Sur leurs pancartes : « Intox, désintox… ». Ça gronde en Loire-Atlantique, dans le Loiret, dans le Morbihan avec l'opération « L'APF réveille la majorité ! ». Des adhérents de l'Association des paralysés de France se mobilisent le 29 janvier 2018 au matin pour dénoncer les mesures du gouvernement qui, selon l'association, « aggravent la précarité de milliers de personnes en situation de handicap ». Cet action s'inscrit dans l'engagement de la France à éradiquer la pauvreté dans le cadre de l'agenda 2030. Des manifestants ont donc décidé de se rassembler devant les permanences des parlementaires pour faire entendre leur déception.

Interpeller les députés

Rappel des faits… Le gouvernement a annoncé, en septembre 2017, une revalorisation de l'AAH à 900€ d'ici fin 2019. Sophie Cluzel, secrétaire d'État au handicap, insistait, le 25 janvier 2018, à l'occasion du lancement de la mission sénatoriale sur le financement de la prise en charge des personnes handicapées (article en lien ci-dessous), sur le fait « que cette décision constitue un investissement sans précédent de 2,5 milliards d'euros sur l'ensemble du quinquennat ». Pourtant, cette mesure suscite depuis des mois une vaste polémique puisqu'elle « cache une réalité moins satisfaisante » selon l'AFP et ne concerne pas l'ensemble des bénéficiaires de l'AAH.

Trois motifs de discorde majeurs

Le gouvernement envisage notamment, au cours du premier trimestre 2018, de supprimer le complément de ressources (179,31€ par mois). Ses bénéficiaires perdront ainsi jusqu'à 90€ par mois s'ils sont éligibles à la majoration pour la vie autonome mais plus de 179€ s'ils ne le sont pas. Une perte de pouvoir d'achat jugée « inacceptable ». Par ailleurs, les allocataires de l'AAH vivant en couple ne bénéficieront pas d'augmentation de leur pouvoir d'achat, les nouveaux modes de calcul neutralisant la revalorisation -sauf pour les couples qui sont tous deux en situation de handicap-. Enfin, les bénéficiaires de pensions d'invalidité (contrairement aux allocataires de l'AAH en emploi) ne bénéficient plus de la prime d'activité depuis le 1er janvier 2018. Cela entraîne, selon les chiffres avancés par l'APF, une « baisse de 70 à 230€ par mois pour des milliers de personnes », avec une moyenne de 158€.

Ça bouge à l'Assemblée ?

Dans ce contexte, l'association accueille comme un signal fort l'initiative d'une cinquantaine de députés de différents groupes politiques qui viennent de déposer une proposition de loi visant à supprimer la prise en compte des ressources du conjoint dans le calcul de l'AAH (article en lien ci-dessous). « Ce qui démontre que les parlementaires peuvent intervenir pour influer sur les orientations du gouvernement et relayer les attentes des personnes en situation de handicap et de leur famille », explique-t-elle dans un communiqué.

Dans d'autres régions ?

En octobre 2017, un collectif composé de 11 associations avait mis une pétition en ligne « AAH, pensions d'invalidité : Non au recul des droits et à l'aggravation de la précarité », signée par près de 42 000 personnes (lien ci-dessous). Regrettant que le gouvernement ne reste « sourd à ses interpellations et assume sa position qui aggrave la précarité de nombreuses personnes en situation de handicap qui vivent avec des revenus très modestes », l'APF a donc décidé de lancer une nouvelle action, cette fois-ci dans la rue. Sophie Cluzel, consciente que « ce sont ceux qui sont en colère qui se font le plus entendre », assurait, le 25 janvier, qu'« il faut la minimiser et porter la voix de tous ceux qui ont été satisfaits avec un gain de pouvoir d'achat ». L'APF, qui ne l'entend visiblement pas de cette oreille, prévient que cette mobilisation pourrait se déployer dans d'autres régions.

© Twitter APF / Délégation du Loiret

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Actus sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 29-01-2018 par Soizig bretagne :
Injuste déjà le handicap,si il faut encore quémander à son conjoint plus possible

Le 01-02-2018 par COLLET :
quelle honte

Le 02-02-2018 par la vigna :
808 euros par mois pour vivre car je suis malade et ne peux travailler! c'est une honte.Macron nous a bien banané

Le 06-02-2018 par damocles :
bonjour
c'est pour 2018 ou pour 2019 la suppression du cr ,et quel est le plafond ressources couple macron a partir duquel on commence à perdre son aah,merci vos réponses, c'est barbare ces mesures,on est des "salauds de pauvres" assistés en somme!

Le 15-02-2018 par Valérie :
Bonjour je m'appelle Valérie je suis moi-même maman handicapée c'est 53 ans au jour d'aujourd'hui je voudrais bien me révolter aussi je gagne 150 € en plus de l'AAH et on me sucre l'AAH pour 150 € de salaire où on va je trouve ça immonde je vais écrire à Macron et lui dire prenez mon handicap et mes revenus

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr