Le Gouvernement promet un 4e plan autisme en 2017

Résumé : Sophie Cluzel, secrétaire d'État au handicap, promet le lancement d'un 4e plan autisme avant la fin 2017, consolidant ainsi d'autres actions mises en œuvre par le Gouvernement précédent.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Un 4e plan autisme, c'est ce que promet Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge du handicap dans une interview accordée à handicap.fr (en lien ci-dessous). Promesse réitérée au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC dans sa matinale du 23 mai 2017.

Avant la fin de l'année…

Le journaliste fait remarquer que plusieurs associations comptent sur elle. « Elles peuvent compter sur moi, répond la ministre. C'est une de mes priorités. Je le lancerai, et très très vite, avec la concertation. C'est ça qui va m'animer : écouter les familles, les associations, les personnes handicapées. Jeunes et adultes car l'accès à l'emploi des adultes avec autisme, c'est une vraie priorité. » Et d'affirmer que le Gouvernement lancera « bien sûr » le 4e plan autisme avant la fin 2017. Un nouveau-né sur 100 serait atteint de troubles du spectre autistique (TSA), et 650 000 personnes, dont 250 000 enfants, seraient concernés en France.

Des actions en cours

La précédente secrétaire d'État, Ségolène Neuville, avait annoncé ce 4e plan pour 2018. En mars 2017, de grands spécialistes venus du monde entier s'étaient réunis à Paris sur ce thème. L'occasion de parler diagnostic, recherche et de trouver de nouveaux modes d'accompagnement pour les personnes vivant avec des troubles autistiques. Au même moment, Josef Schovanec remettait son rapport au Gouvernement sur « Autisme et emploi ». Le 5 mai, c'est au tour des inspections générales des Affaires sociales (Igas) et de l'Éducation nationale (Igen), de dresser un bilan du 3e plan autisme (2013-2017) qui, selon elles, a permis « des avancées » mais révèle néanmoins de nombreuses lacunes : manque de places, diagnostic tardif, rôle mal pensé des familles, délais considérables... Ce rapport fait alors 50 recommandations pour nourrir un nouveau plan (3 articles en lien ci-dessous). Le 3 avril 2017, est également mis en ligne un site gouvernemental sur l'autisme : autisme.gouv.fr.

En finir avec l'exil

Lors de son interview sur RMC, Sophie Cluzel en profite pour assurer que « c'est une priorité de rapatrier décemment » les enfants placés en Belgique. « Il va falloir créer des structures certes mais aussi on peut réfléchir différemment : on peut créer des vrais services d'accompagnement. (…) Il faut qu'on invente des solutions innovantes. »

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 24-05-2017 par ARIOTT :
Le plan autisme 3, en ligne, montre que 22 mesures sur 37 n'ont jamais vu le jour. Avant de de parler d'un 4ème plan le plus rationnel serai de terminer concrètement le 3ème plan.

Le 25-05-2017 par ARIOTT :
En finir avec l'exile volontaire ou l'exode contraint des autistes français en Belgique. Madame Sophie CLUZEL ne
parle que de rapatrier les enfants car pour les adultes la confusion entre citoyenneté nationale et citoyenneté de résidence, instaure des " trous noirs" juridiques pour les personnes directement concernées. Il n'y a parfois pas de déclaration officielle de la résidence des majeurs français sous tutelle/curatelle, ou l'on rencontre des situations absurdes où un même majeur a un mandataire français et un belge qui ne se connaissent pas, les "retours" en France sont parfois rendus impossible du fait de enchevêtrement de droit, au détriment des droits fondamentaux des personnes.Le parallèle avec les migrants s'impose posant la question des modalités d'une attribution des droits fondamentaux a la personne adulte autiste française exilée en Belgique plutôt qu'au citoyen ou au résident.

Le 26-05-2017 par Kathy Dal :
Il faudrait que la France rattrape ses 50 ans de retard sur la Belgique. Il faudrait créer des instituts spécialisés pour les jeunes autistes et créer des foyers de vie et des maisons d'accueil médicalisées pour adultes autistes !

Le 26-05-2017 par ARIOTT :
Autiste dans la cité : Un défi à relever !
Une expérience de logement accompagné de l'association ISRAA ( Innover,Sensibiliser, Réagir pour l'Avenir des personnes Autistes) initiative du projet HabiTED à Rancq(59). En lien avec des partenaires publics concernés et impliqués ( Communes, Départements,Offices d'HLM), l'association ISRAA a initié le dispositif HabiTED. Il propose des logements en milieu ordinaire, couplé avec des services d'accompagnement dotés d'intervenants sensibilisés et formés à l'autisme, dans le cadre d'une prise en charge individualisée. ( Ce dispositif est destiné à des adultes avec TED ET / OU AUTISTES, diagnostiqués, âgés de 20 à 40 ans)pour que les autistes puissent vivent dans la cité et non en institutions, les villes de plus de 20 000 habitants devraient réaliser :
1/ Un projet de type HabiTED. 2/ Une maison de répit pour les parents d'enfants et d'adolescents autistes dit " sans-solution" non pris en charge. 3/ Un espace multi - sensoriel

Le 26-05-2017 par Plan jusqu'au n° XXX avant d'agir :
Je ne comprends pas pourquoi les associations d'enfants et de personnes handicapées ne portent pas plainte contre la France ???
Fini les discours il faut mettre la France devant ces responsabilités !!!
Le racisme envers les enfants et les personnes handicapées ça suffit !!!

Le 26-05-2017 par rivat :
Nous voulons des structures pour ado autistes et adultes car notre fils est vit à notre domicile et il n'y a rien pour lui, il nous faut des accompagnements à domiciles avec des professionnels formés à l'autisme car rien non plus ici

Le 31-05-2017 par Âzucena :
D'accord, parfaitement d'accord, mais que fait-on pour les autres handicapés mentaux et leurs parents qui souffrent le martyre ? Ne pourrions-nous mener un seul et même combat ? Parents d'autistes d'un côté parents de non-autistes de l'autre, ce n'est certes pas comme cela que nous arriverons à faire respecter tous nos enfants ! Si vous saviez le calvaire que nous vivons aussi... Parfois, nous aimerions même que nos enfants soient autiste,s, histoire qu'on s'occupe un peu d'eux et qu'on en parle... Non, ils sont invisibles, lépreux, cachés dans des établissements où au mieux, on les engraisse et où le mot d'ordre est le travail, comme dans l'ESAT de ma fille... Et toi, parent, tu n'as que le droit de la fermer.

Le 14-06-2017 par GIGANT :
je suis la maman de Emile qui est a l'unité d'enseignement d'epinal et qui la quittera fin de l'année scolaire ,fin juin .
venez vite vers moi , vers nous, avec ce 4éme plan autiste .
Emile a tellement progressé , il a trouvé des clés , ouvert des portes ...
aujourdhui , dans 2 mois nous n'avons pas de structures...
marie

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr