Loi sur la fin de vie, une consultation citoyenne est lancée

Résumé : Sur une question éthique qui divise, la fin de vie assistée, une consultation citoyenne est lancée. Les Français ont jusqu'au 16 février 2015 pour déposer leur réflexion en ligne. Une première expérimentation en France !

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Parce que nos concitoyens souhaitent dans leur immense majorité être entendus, c'est-à-dire disposer de leur vie jusqu'à son ultime moment tout en bénéficiant d'une mort apaisée, une consultation citoyenne est lancé qui propose de rassembler le point de vue des Français sur un sujet grave, qui divise.

Une première en France

A l'initiative du président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, qui souhaite que les internautes puissent donner directement leur avis sur les textes examinés par les députés, une première expérimentation a été mise en place pour l'examen de la proposition de loi créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie présentée par M. Alain Claeys (SRC, Vienne) et M. Jean Leonetti (UMP, Alpes-Maritimes). Déposée le 21 janvier 2015 sur le bureau de l'Assemblée nationale, elle fait suite à un rapport remis par ces deux députés, le 12 décembre 2014, au Président de la République.

Jusqu'au 16 février pour déposer son avis

Les internautes disposent d'une rubrique dédiée pour envoyer, jusqu'au 16 février 2015 à midi, leurs commentaires sur les articles de la proposition de loi et pourront consulter l'ensemble des messages postés sur le site de l'Assemblée. Versés au débat, ces avis pourront notamment être exploités par le rapporteur de la proposition de loi lors de l'examen de celle-ci en commission des affaires sociales et en séance publique et plus généralement par l'ensemble de la représentation nationale. Selon le communiqué  « Après la mise à disposition des données de l'Assemblée nationale en format « open data », cette première contribution citoyenne constitue une avancée démocratique, qui s'inscrit plus largement dans le cadre du programme fixé en octobre dernier par le Président de l'Assemblée nationale, plaçant cette année parlementaire sous le signe de la révolution numérique. » Sur la page dédiée, plusieurs dizaines de Français se sont déjà exprimés.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 02-02-2015 par francoise :
mon mari et decede il a eu avc et canser du poumon je passe de tout comentaire car vers la fin il a soufer un calvaire ne reconnaissant pas s'et enfants petits enfants et moi meme il etait une loque aliter et j'en passe a l'hopital service padiatif souffrir et nous aussi de le voir comme ça donc moi je suis pour aider un malade partir digne et sans soufrir car moi je s'et qu'il a soufert au regard supliant alors voila je tiens a vous dire ma penser et surtout il n'avait que 53ans et cela faira 5ans le 25fevrier la douleur et toujour là ! merçie de me lire !

Le 03-02-2015 par Aurélie :
Moi qui travaille dans une maison de retraite, je peux ous dire que j'en ai vu des personnes en fin de vie, et certaines souffraient beaucoup. Heureusement qu'avec l'équipe pluridisciplinaire, a été mise en place des soins de confort et de réconfort pour les accompagner au mieux jusqu'à la fin. Moi je suis pour une fin sans souffrance si la personne le demande. On le fait bien avec les animaux, pourquoi pas l'être humain. Non à la souffrance, oui à la délivrance. Merci

Le 03-02-2015 par Petitjean Colette :
C'est une excellente proposition et je suis pour l'établissement de cette charte donnant la parole aux principaux intéressés

Le 03-02-2015 par Petitjean Colette :
C'est une excellente proposition et je suis pour l'établissement de cette charte donnant la parole aux principaux intéressés

Le 03-02-2015 par santi michaelle :
Quand la souffrance ne nous permet plus d' avoir une seconde de plaisir .Si les conditions de survie sont indignes pour nous,si respirer est insoutenable il faut nous permettre de quitter ce monde en étant un être humain libre .

Le 03-02-2015 par Anne :
partir dans la dignité, la liberté de choisir jusqu'au bout

Le 04-02-2015 par W.Salens :
Ayant un doute sur la capacité du législateur à sortir de l'ambiguïté des textes, j'ai pris mes dispositions pour aller m'éteindre, sans souffrance extrême, dans un pays tout proche, par pur hasard mon pays natal.

Le 04-02-2015 par Anita URBAN :
J'ai beau essayer, je n'arrive pas à trancher sur la question... Et je ne voudrais pas être à la place des législateurs.
Si je dis cela c'est parce que je suis bénévole d'accompagnement de personnes en fin de vie et que je vois tellement de situations différentes que je ne saurais dire laquelle peut être la meilleure. Qui plus est, pour TOUS les citoyens. La seule loi qui pourrait me satisfaire serait celle qui permettrait un examen au cas par cas par un collège de personnes compétentes, suivi, le cas échéant, par une aide (à définir) pour permettre au malade d'accéder à son désir.
Suis-je trop utopiste?

Le 05-02-2015 par annie PEYRAN :
Atteinte d'une sclérose latérale primitive depuis 1an 1/2, je veux partir dans la dignité et sans souffrance au moment où je déciderai moi-même de le faire. Il faut que la loi évolue. Merci de m'avoir lue.

Le 05-02-2015 par renee :
j'ai été aide soignante aussi et j ai vu des personnes âgées demander de mourir et d'arrêter définitivement leurs souffrances physiques et psychologiques ainsi que la souffrance des proches. Mais il ne faut pas oublier qu'il peut y avoir des dérives et c est la ou il faut faire attention. Il faut que l acte de partir ,quand c est possible, le faire valider par la personne concernée pour éviter des dérives. Pour les autres personnes en fin de vie seuls les médecins sont compétents

Le 05-02-2015 par Patrick :
Bonjour,
Ce devrait être un droit naturel qui aurait déjà dû être mis en place depuis des lustres. De quel droit un Etat se substitut il au citoyen pour des sujets aussi grave et aussi personnels ? Dans une vraie démocratie, et qui plus est, un Etat de Droit, la place de la liberté de souffrir ou, de ne plus souffrir n'appartient pas à l'Etat tout puissant. Mourir en toute connaissance de cause serait assurément une avancée sociale évidente. Liberté et dignité, voilà ce qui est important. Il simplement encadrer cet acte civil de la meilleur manière qui soit en mettant de côté ses principes rétrograde, ses intérêts égoïste et toutes les batteries d'idioties qui donnent la part belle aux newfies.
Cordialement à tous ceux qui souffrent !
Patrick

Le 05-02-2015 par mounard :
Il faut lorsqu'il n'y a plus rien à faire accompagné le malade pour qu'il parte sans souffrir, apaisé, et dignement. Merci de m'avoir lu.

Le 05-02-2015 par Belle :
Je suis PARAPLEGIQUE HAUTE
MARRE SOUFRIR
SOUHAITE LE DROIT DE MOURIR DS LA DIGNITE ET AU+VITE ( ANIMO MIEUX TRAITES Q NOUS )

Le 05-02-2015 par Belle :
C EST SCANDALEUX
LES ANIMAUX MIEUX TRAITES EN FRANCE
OUI AU DROIT DE MOURIR DS LA DIGNITE ET Q LA LOI ARRIVE AU+VITE

Le 05-02-2015 par Belle :
C EST SCANDALEUX
LES ANIMAUX MIEUX TRAITES EN FRANCE
OUI AU DROIT DE MOURIR DS LA DIGNITE ET Q LA LOI ARRIVE AU+VITE

Le 06-02-2015 par Caroline :
Mon papa âgé de bientôt 86 ans à subi 4 AVC. Depuis il est devenu un légume dans le sens qu'il est handicapé à 100%. C'est un ancien militaire qui avait un charisme, droit comme un I. Maintenant c'est la souffrance qui rythme sa vie. De quel droit les législateurs décident pour nous alors que nous sommes dans un pays de liberté. Quand va-t-on nous donner le droit de mourir dans la dignité. On euthanasie les animaux quand ils souffrent de trop, ils ont plus de chance que nous humains. Je suis de tout cœur avec avec toutes ces familles qui vivent la même chose que moi. Martelons du point sur la table pour nous faire entendre et montrer à nos têtes pensantes, que ce que nous demandons c'est la dignité pour nous même ou nos êtres chers. Je suis pour que cette loi soit votée.

Le 08-02-2015 par manin :
Ayant1 sclérose en plaques progressive au dernier stade je voudrais pouvoir décider de ma vie et partir dans la dignite quand je leveu

Le 11-02-2015 par mamoune :
le droità mourir dans la dignité

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr