Malgré les tensions, la délégation ukrainienne est à Sochi

Résumé : A quelques heures de la cérémonie d'ouverture des Jeux paralympiques de Sochi, la délégation ukrainienne annonce qu'elle maintient sa participation, en dépit des remous qui opposent son pays à la Russie.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Enjeu politique en noir intégral sur fond de descente en blanc immaculé ! A défaut de pas feutrés dans la neige, se font entendre au loin d'inquiétants bruits de bottes... A quelle sauce diplomatique ces Jeux paralympiques de Sochi vont-ils être mangés ? Alors que les JO « valides » ont été épargnés par l'actualité ukrainienne, leurs confrères paralympiques, qui s'ouvrent le 7 mars 2014, semblent souffrir d'un sévère « handicap » : l'actualité brûlante qui oppose la Russie à l'Ukraine et qui pourrait faire fondre si ce n'est la neige des montagnes du Caucase au moins l'enthousiasme des 45 délégations engagées.

France, USA et Angleterre aux abonnés absents

Du côté français, les deux ministres concernées par le sport paralympique, mesdames Carlotti (personnes handicapées) et Fourneyron (sport) viennent de confirmer qu'elles ne se rendraient pas à Sochi. La Maison Blanche a également annoncé que les Etats-Unis n'enverraient pas de délégation présidentielle. Quant au Premier ministre britannique, David Cameron, il a fait part du boycott officiel de ces Jeux par son gouvernement en raison de « la gravité de la situation en Ukraine ».

« Le sport doit l'emporter »

En dépit de ces remous, le Comité paralympique ukrainien a confirmé, vendredi 7 mars, que sa délégation au complet serait présente à Sochi. Cette annonce a été faite à quelques heures de la cérémonie d'ouverture par son président, lors d'une conférence de presse. Sir Philip Craven, président du Comité international paralympique (IPC), s'est félicité de cette décision, en prétextant que le « sport devait l'emporter. Toute la semaine, l'IPC a travaillé en étroite collaboration avec le Comité ukrainien pour l'inciter à ne pas renoncer à sa participation. » Et de conclure : « Nous voulons que tous les athlètes qui se sont entraînés pendant des années pour atteindre ces Jeux puissent se concentrer pleinement sur les compétitions plutôt que sur le « off ». Maintenant que cette décision a été prise, j'espère que ce sera le cas et que les athlètes et le sport seront à l'honneur. » Que la « fête » commence...

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr