Une université finance le logement de l'auxiliaire de vie

Résumé : Un partenariat inédit vient d'être signé à l'Université de Strasbourg pour l'accueil des étudiants handicapés : il finance, entre autres, le logement de leur auxiliaire de vie sociale. 4000 euros économisés par an par les familles.

Par , le 

Réagissez à cet article !

L'Université de Strasbourg a signé le 18 mars 2015 une convention «sans équivalent» pour améliorer l'accueil des étudiants handicapés. Certains, lourdement handicapés, ont en effet besoin d'une auxiliaire de vie sociale (AVS) jour et nuit. Pour organiser matériellement cette présence indispensable en résidence universitaire, un logement attenant ou proche du logement de l'étudiant doit être mis à sa disposition pour qu'elle puisse l'accompagner dans les actes de la vie quotidienne. Ce logement représente un surcoût pour les familles. L'Université de Strasbourg et la MGEL se proposent donc de prendre en charge le coût de ce logement complémentaire. Une mutualisation des moyens humains et matériels pourrait être envisagée dans certaines situations, par exemple une tierce personne pour deux étudiants dans la même résidence.

4 000 euros par an

Le dispositif ne concerne pour l'instant qu'un seul étudiant mais il a vocation à s'étendre au cas par cas, dans le cadre d'un partenariat noué avec le Crous de Strasbourg (œuvres universitaires), la mutuelle étudiante MGEL et une société d'aide à la personne, Vitalliance. Karim, un étudiant à la faculté des arts en musicologie à Strasbourg, bénéficie ainsi de cette prise en charge dans la résidence universitaire du Crous où il est logé. Elle correspond à environ 4 000 euros par an, pendant trois ans, que l'étudiant et sa famille auraient dû débourser, mais qui sont financés principalement par l'Université et la MGEL, a indiqué à l'AFP la coordinatrice de la mission handicap de l'Université, Fabienne Rakitic.

Étudiants handicapés bienvenus

Le texte paraphé, au-delà de ce financement, engage également les partenaires «à adapter le logement géré par le Crous ou la MGEL aux besoins de l'étudiant en situation de handicap», «à optimiser l'accompagnement dans la vie quotidienne» et à coordonner leurs actions. «Nous sommes pionniers», s'est félicité le président de l'Université, Alain Beretz, lors de la signature de la convention. «Cela participe de l'attractivité de notre université, de pouvoir dire aux étudiants handicapés qu'ils sont ici chez eux», a-t-il estimé. L'Université de Strasbourg accueille 400 étudiants en situation de handicap plus ou moins lourd, soit plus de trois fois plus qu'en 2009.

 photo Catherine Schröder/Unistra

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches