Bientraitance en institutions : à quand une mobilisation ?

Résumé : Le classement sans suite des plaintes contre l'IME de Moussaron indigne un collectif de parents qui réclame un rendez-vous avec la ministre pour engager, le dossier de la bientraitance. Moussaron n'est malheureusement pas un cas isolé...

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Des enfants assis nus sur des sceaux, enfermés dans des box vitrés étriqués et sans poignées, dans une totale promiscuité et avec un manque flagrant d'intimité… En janvier 2014, il avait suffi de quelques images (de l'émission Zone interdite) pour faire se lever un vent d'indignation sur les conditions de prise en charge au sein de l'institut médico-éducatif (IME) de Condom, « Maison d'enfants de Moussaron » (Gers), révélant le sort qui pouvait, parfois, être réservé aux plus fragiles dans certaines institutions. Le rapport de l'ARS (Agence régional de santé) de novembre 2013 venait corroborer les plaintes des familles et de certains salariés. À l'époque, la ministre déléguée aux personnes handicapées, Marie-Arlette Carlotti, avait elle aussi déposé plainte contre l'institut pour abus de bien social et de confiance. Dix plaintes au total !

9 plaintes classées sur 10

Or, le 4 mai 2015, la justice française a décidé de voir les choses autrement (article complet en lien ci-dessous) et a classé sans suite neuf des dix plaintes déposées contre l'IME au motif qu'elle n'avait pas trouvé de preuves de maltraitance ni de détournements, ou encore parce que un des faits était prescrit. Après les grandes associations qui ont aussitôt manifesté leur mécontentement, un collectif d'associations non gestionnaires (Parents en Colère, Handicaps et Scolarité, Autisme & CO, Handi'Gnez-vous), qui œuvre et milite au quotidien pour un accompagnement digne et bientraitant, n'a pas tardé, lui aussi, à dire toute son « indignation » et son « incompréhension totale face à une telle décision ». Céline Boussie, présidente de l'association Handi'Gnez-Vous !, déclare, à ce sujet, « En balayant d'un revers de main neuf plaintes sur dix, le procureur de la République pourrait laisser croire, dans le pays des droits de l'Homme, que l'on pourrait accueillir impunément des enfants en situation de handicap dans des conditions qui ne sont pas celles requises par la loi. Certes, nous n'avons pas à contester cette décision mais il n'en demeure pas moins que ce douloureux dossier soulève de très nombreuses questions quant à la prise en charge de nos enfants auxquelles il va falloir apporter des réponses pour ne plus jamais voir de telles images. »

Un dossier emblématique

Ce dossier semble emblématique de certains dysfonctionnements dans la prise en charge du handicap en France. « D'autres établissements posent problème, poursuit Céline, même si certains, fort heureusement, fonctionnent bien ». Selon elle, « la France accuse un retard de 40 ans en matière de handicap et peine à imposer une réforme, malgré les lois de 2002 (place de l'usager dans les établissements médico-sociaux) et 2005, pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. » Et de dénoncer un problème d'évaluation des besoins des personnes handicapées, le refus d'accès à la scolarisation en milieu ordinaire, des orientations en fonction de « qui veut bien accueillir l'enfant », un vide abyssal de contrôle tant dans la gestion que de l'organisation dans les établissements médico-sociaux, des évaluations internes ou externes réalisées sans qu'aucun critère national ne soit mis en place, un problème de formation des professionnels, la non prise en compte de la parole des parents...

Des parents sous pression ?

« Avec les conséquences que l'on connaît, explique Céline, lorsque les parents osent dénoncer des actes de non bientraitance sur leurs proches (mise sous tutelle administrative, signalement, exclusion de l'établissement pour leurs proches...). Il en va de même pour les professionnels qui brisent cette lourde omerta (ndlr : Céline travaillait à Moussaron et avait dénoncé les agissements de la direction). Véritable suicide professionnel, moral et financier, tous très souvent se retrouvent dans l'impossibilité de pouvoir ré-exercer leur métier et entraîne alors leur famille dans une vraie spirale infernale... ». Face à cette situation, qu'il juge critique, le collectif a donc sollicité un rendez-vous avec Ségolène Neuville, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées, pour que puissent s'ouvrir des discussions avec tous les partenaires sur le sujet. Cette action rejoint celle du comité d'entente composé de 70 associations nationales représentatives des personnes handicapées. Tous mobilisés par la même urgence : la nécessaire prise de conscience et le besoin d'avancées significatives en termes de bientraitance institutionnelle.

© Karichs/Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 11-05-2015 par theron :
Qu elle honte voilà notre France et il doit en avoir d autre de même situations

Le 11-05-2015 par EL Yagoubi :
La décision de classer les neuf plaintes n'efface pas les formes de maltraitance et les motivations des parents dans la quête de la vérité et de la dignité de leurs enfants. Respecter la décision est une chose et accepter l'inacceptable est une autre chose. L'inacceptable est devenu tellement visible dans les services concernés à tel point qu'ils sont incapables de reconnaître des situations et des cas dramatiques. Que dire de ses services qui ont été bien informés et alertés pour agir avant le drame édifiant survenu le 31 janvier 2014 à Aix-en-Provence avec la mort dans des conditions cruelles de Nathalie à l'âge de 43 ans? Morte parce qu'elle a été maltraitée par l'ensemble de ses services. Une justice rendue aux personnes maltraitées est une justice rendue à l'humanité.

Le 12-05-2015 par Brett 94 :
le regroupement de personnes d'un même profil c'est le problème de fond dans la gestion de l'autisme.En 1970 l'Italie a supprimée les hôpitaux de jour et les IME, car les pires maltraitances que l'on peut faire à une personnes atteinte d'autisme sont de ne pas l'éduquer, de ne pas l'instruire à l'école et de la laisser croupir dans son autisme dans un établissement d'obédience psychanalytique qui peut s'apparenter à une forme de ghettoïsation, d'exclusion, de ségrégation. Rappelons le coût 1000€/jour par personne au frais du contribuable à vie en hôpital jour et 750€/jour en IME, ne pas oublier que 50% des handicapés français en Belgique n'ont pas reçu de visites de leurs familles sur une période de cinq ans.La place des autistes c'est dans la vie ordinaires avec des gens ordinaires.

Le 12-05-2015 par mikey :
y a t il une petition qui existe à faire remonter, afin que la justice ne classe plus jamais sans suite les institutions maltraitantes?

Le 13-05-2015 par MARIE :
c'est une honte qu'il n'y ait pas "d'oreilles attentives" pour agir et faire cesser les maltraitances qd elles existent. Combien de maltraitances quotidiennes pour des non handicapés sont perpétués devant nos yeux sans que personne ne bouge le petit doigt.Alors, on imagine très bien
ce qui doit se passer avec des personnes vulnérables sans recours
possible à responsable AGISSANT !!!

Le 06-06-2015 par liloye :
Nous sommes une dizaine de personnes à avoir signalé des négligences graves sur des adultes handicapés mentaux et de la part de l'ensemble du personnel dans un Foyer de Vie d'une Association:Société philanthropique de Paris. Depuis 2 ans, rien ou peu n'a été fait.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr