Accessibilité : marre d'attendre, la France manifeste

Résumé : Grande mobilisation dans toute la France à l'appel des associations de personnes handicapées pour protester contre les nouveaux délais prévus en matière d'accessibilité. Bilan d'une journée de contestation.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

« Accéder, c'est exister », « Liberté, égalité, accessibilité »… Les slogans ornaient ballons et pancartes. Dix ans jour pour jour après la promulgation de la loi de 2005 sur le handicap, 200 manifestants, dont de nombreuses personnes handicapées, ont protesté le 11 février 2015 devant l'Assemblée nationale, à Paris, contre les nouveaux délais et l'allègement des normes d'accessibilité. Membres d'une quarantaine d'associations réunies au sein du « Collectif pour une France accessible »,  ils se sont rassemblés sur une place Édouard-Herriot (7e arrondissement) pleine à craquer. Des manifestations avaient lieu en parallèle dans une trentaine de villes de province.

Une ordonnance qui fait débat

Sur l'estrade, les intervenants se sont succédé, traduits en langue des signes, pour dénoncer les retards de mise en accessibilité des lieux publics, commerces, restaurants et moyens de transport, et interpeller les élus et l'opinion publique. La loi de 2005 prévoyait une échéance de 10 ans pour réaliser les aménagements nécessaires. Une ordonnance (n° 2014-1090 du 26 septembre 2014), qui doit encore être ratifiée, octroie de nouveaux délais, de 3, 6 ou 9 ans selon les lieux. Cette ordonnance tire les conséquences du fait que l'échéance du 1er janvier 2015, fixée dix ans plus tôt, ne pouvait pas être tenue du fait du retard accumulé depuis 2005.

Marre d'attendre depuis 40 ans

« Nous avions bien compris qu'on ne pourrait pas faire autrement, vu les retards, mais nous protestons aussi contre l'allègement des normes, sous prétexte de simplification », affirme Patrice Legrand, président de l'Association Valentin Haüy, au service des aveugles et des malvoyants. Pour Mireille Luque, en fauteuil et venue de Rouen pour l'occasion, « les délais pourraient être rallongés de 3 ans, mais pas plus ». « Typiquement, avant d'arriver, j'ai déjeuné au restaurant sur la route, il n'y avait pas de toilettes accessibles. Ca suffit, nous en avons marre d'attendre depuis 40 ans », explique Mme Luque.  « On nous dit toujours d'attendre, on a l'impression qu'on se fout de nous », dénonce Pascal Bureau, de l'Association des paralysés de France (APF).

RV avec le vice-président de l'Assemblée

Peu avant, une vingtaine de membres du Conseil d'administration de l'APF, la plupart en fauteuil roulant, s'étaient installés devant le ministère de l'Écologie, du développement durable et de l'energie, responsable, selon eux, des blocages actuels en matière d'accessibilité. « Nous avons demandé à être reçus à plusieurs reprises, en vain », a dénoncé à l'AFP Pascale Ribes, vice-présidente de l'APF. Ils ont quitté les lieux pour rejoindre la manifestation du collectif, après avoir obtenu la promesse d'être reçus par Christophe Sirugue, député PS vice-président de l'Assemblée nationale depuis 2012, rapporteur d'un précédent texte sur l'accessibilité.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 16-02-2015 par Jolion50 :
Pourquoi ne pas remplacer les Associations par la création d'un Parti Politique des handicapés et de l'exclusion, au moins les handicapés seraient défendus dans notre Assemblée nationale.

Le 19-02-2015 par Alged :
L'Etat ne doit pas faire preuve"d'un pragmatisme " égoïste et discriminatoire vis à vis d'une partie de citoyens français qui ont les mêmes droits que tous les autres. Au contraire ,confirmer les objectifs,publier des décrets d'application dans les temps,contrat de plan national pour l'accessibilité.Faire connaitre la possibilité pour les communes et collectivités d'emprunter à taux très bas et à long terme des fonds pour la mise en accessibilité.Ce sont ces "normes" de prêts auprès de la Caisse des Dépôts et de la BPI qu'il faut faciliter.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr