Inscrivez-vous à l'Handesport challenge Akka Inscrivez-vous à l'Handesport challenge Akka Inscrivez-vous à l'Handesport challenge Akka

Heures calmes dans les supermarchés : oui, mais !

Des rayons silencieux, une lumière tamisée... Le Super U de Mer reçoit dans le calme chaque mardi afin de permettre aux personnes atteintes de troubles autistiques de faire leurs courses. Une idée qui ne comble pas les associations.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

 Par Maxime Mamet

"Pour recevoir au mieux les personnes atteintes de troubles autistiques, chaque mardi entre 13H00 et 15h00, nous baissons l'intensité lumineuse et l'ambiance sonore de votre magasin U", annonce Christelle Ouhadda-Mercier au micro du magasin de Mer (Loir-et-Cher). La responsable de la caisse accueil passe ensuite du côté des interrupteurs du supermarché pour quelques réglages : "Au niveau des caisses, il n'y a quasiment plus de bruit quand on passe les articles, on a aussi baissé l'intensité des lumières", explique-t-elle. "On a coupé le téléphone, il n'y a plus de musique, ni d'appel micro. C'est le silence, on entend juste le soufflement du chauffage et les portes qui s'ouvrent."

Une première démarche

Depuis le 2 décembre 2019, les enseignes Système U ont suivi l'exemple de chaînes britanniques et australiennes pour proposer ce dispositif "heures calmes", "afin de faciliter le parcours des personnes souffrant de troubles du spectre autistique". "Ce n'est rien de très compliqué", assure Philippe Socias, le propriétaire du supermarché de Mer. "D'ailleurs on se dit que l'on aurait pu y penser avant." "Quand on a communiqué sur Facebook, on nous a dit que c'était pour se donner bonne conscience. Les associations qui s'occupent de l'autisme nous ont dit : 'OK, il y a une première démarche. Ce n'est peut-être pas suffisant mais ça a au moins le mérite d'exister'", poursuit le dirigeant, qui dit ne pas savoir si sa clientèle a changé le mardi, ou même si des clients atteints de troubles autistiques privilégient son enseigne.

"On ne le fait pas pour se donner bonne conscience. On le fait car l'idée est intéressante", insiste-t-il. "Cela ne s'adresse pas qu'aux gens touchés par les troubles autistiques. Je pense qu'il se passe pas mal de choses en ce moment sur le mieux vivre, le mieux manger, être un peu moins dans l'urgence. Avoir un moment dans la semaine pour pouvoir faire ses courses dans le calme, c'est apprécié." Mais si, comme le souligne Système U, l'expérimentation a été menée en lien avec des associations, la généralisation du dispositif n'a pas été concertée.

Le point de vue d'Autisme France

Loin des étals silencieux du Loir-et-Cher, la présidente de l'association Autisme France, est circonspecte. "C'est potentiellement une bonne idée, mais qui n'est pas exploitée", estime Danièle Langloys. "Il faut communiquer sur cette initiative et se rapprocher des associations locales. Et se demander pourquoi les personnes autistes ne viennent pas." "Ce qu'ils ne comprennent pas c'est qu'un adulte autiste, avec un certain niveau d'autonomie, ne va jamais aller dans une grande surface", analyse-t-elle. "Pour lui, c'est l'horreur. C'est trop grand, le problème de fond c'est le repérage dans l'espace, pas forcément la lumière ou le bruit." "J'aurais ciblé les supérettes, à taille humaine, mais on ne nous a pas consultés", regrette-t-elle.

"L'autre public, ce sont les familles avec des enfants autistes. Généralement elles n'y vont pas, car il y a non seulement trop de bruit, trop de monde, trop de lumière, mais il faut aussi attendre à la caisse. Ça c'est incompréhensible pour un enfant autiste", détaille-t-elle, ajoutant avoir été contacté par plusieurs groupes de grande distribution pour la mise en place de dispositifs similaires. "Un seul directeur m'a sollicité sur le créneau horaire", confie-t-elle. "Mais je ne peux pas répondre. Ça dépend vraiment des endroits. Si on ne va pas solliciter les associations locales, comment peut-on déterminer le meilleur créneau ?"  "Ce travail de réponse au besoin n'a pas été fait", déplore-t-elle.

En attendant, la clientèle de Mer croisée pendant les "heures calmes" est ravie. "Il n'y a personne, pas de bruit, pas de publicité, pas de musique. Ça fait plaisir de faire ses courses dans le calme", résume Émeline Boucher, dessinatrice. "Ça évolue dans le bon sens. Ça va avec l'écologie. Zéro déchet, zéro bruit. C'est le même mouvement."

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2020) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.