Damien Abad : nouvelle plainte pour tentative de viol

Une plainte pour tentative de viol a été déposée le 27 juin 2022 contre Damien Abad, ministre des Solidarités, qui a répliqué en annonçant une plainte pour dénonciation calomnieuse face à des "accusations mensongères".

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

DERNIERE MINUTE DU 4 JUILLET 2022
Damien Abad ne fera pas partie du nouveau gouvernement. Le ministre des Solidarités, de l'autonomie et des personnes handicapées, visé par une enquête pour tentative de viol (article en lien ci-dessous), a été écarté du pouvoir. C'est Jean-Christophe Combe, patron de la Croix-rouge française, qui le remplace à cette focntion tandis que Geneviève Darrieussecq est nommée ministre déléguée aux Personnes handicapées (article en lien ci-dessous).


DERNIERE MINUTE DU 29 JUIN 2022

Le parquet de Paris a annoncé le 29 juin l'ouverture d'une enquête après la plainte d'une troisième femme qui accuse Damien Abad, le ministre des Solidarités, de l'avoir agressé sexuellement. Fin mai, la Première ministre s'était engagée à tirer toutes les conséquences si un élément nouveau apparaissait.

ARTICLE INITIAL DU 28 JUIN 2022
Le parquet de Paris a confirmé à l'AFP le 27 juin 2022 avoir reçu une plainte pour tentative de viol visant Damien Abad, ministre Solidarités, de l'autonomie et des personnes handicapées (article en lien ci-dessous), révélée par Mediapart, précisant que celle-ci était "actuellement en cours d'analyse". Selon le site d'information, elle a été déposée par une "élue centriste" qui accuse Damien Abad d'avoir tenté de la violer lors d'une fête organisée chez lui, à Paris, au premier semestre 2010. Sollicitée par l'AFP, l'avocate de la plaignante n'avait pas donné suite en fin de journée. "Une nouvelle fois, je conteste avec la plus grande fermeté toute accusation de tentative de viol ou d'agression sexuelle", a de son côté affirmé Damien Abad dans une déclaration écrite transmise à la presse. "Je ne laisserai pas ces accusations mensongères et scandaleuses sans réponse. Dès ce jour, j'ai demandé à mes avocats de déposer une plainte en dénonciation calomnieuse", a-t-il ajouté.

Récit des faits

Mi-juin, Mediapart avait publié le témoignage de cette femme sous le prénom d'emprunt de "Laëtitia". Elle était alors présidente d'une fédération du mouvement de jeunesse du Nouveau centre, dont Damien Abad, député européen, était le président national. Le soir des faits, selon son récit, ce dernier lui a "offert un verre" au fond duquel elle a vu "quelque chose" : méfiante, elle est allée recracher sa gorgée aux toilettes. Toujours selon ses dires, Damien Abad l'attendait derrière la porte et tout est allé "très vite" : l'eurodéputé l'aurait "poussée dans une pièce en face" puis aurait tenté de la contraindre à une fellation. "J'avais peur, j'étais sidérée. Je me suis débattue, je l'ai frappé dans le ventre", raconte-t-elle. "Laëtitia" dit avoir finalement pu "se défaire" de son agresseur présumé et sortir de la pièce grâce à l'irruption d'un convive.

Huit témoignages, selon Mediapart

Selon Mediapart, les faits rapportés par cette femme sont "étayés par les témoignages de huit personnes, à qui elle s'est confiée ou qui ont pu être témoins de certains éléments de son récit", et que le site affirmait avoir contactées. Il s'agit de la troisième femme à accuser le ministre de violences sexuelles mais, à ce jour, aucune enquête n'a été ouverte à la suite de ces accusations. L'une d'elles avait déposé deux plaintes classées sans suite (article en lien ci-dessous). Pour l'autre, un signalement avait été effectué par l'Observatoire des violences sexistes et sexuelles mais le parquet de Paris avait fait savoir ne pas ouvrir d'enquête en l'état faute "d'élément permettant d'identifier la victime des faits dénoncés".

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2022) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.