Danse : une asso fait valser les clichés sur le handicap

Créée en 2007 à Paris, "La possible échappée" est une compagnie de danse pas comme les autres, ouverte aux artistes en situation de handicap. Quinze d'entre eux vont préparer dès le 24 octobre 2022 une chorégraphie pour la cérémonie de Paris 2024.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Voir la vidéo Passage

Paraplégique à 13 ans, Gladys Foggea dit avoir retrouvé sa liberté de mouvement grâce à la danse. Elle cherche, comme d'autres danseurs professionnels en situation de handicap, à être reconnue avant tout en tant qu'artiste. Une poignée d'associations œuvrent en ce sens depuis plus d'une dizaine d'années en France, à l'instar de « La possible échappée », fondée en 2007 à Paris par Kathy Mépuis, danseuse, chorégraphe et pédagogue. « Le handicap est là, on ne peut pas le nier, mais il fait partie d'une différence qui donne lieu à une autre esthétique. Il est transcendé par la danse », affirme à l'AFP Mme Mépuis. Forte d'un département pédagogique (500 ateliers de danse et de spectacle vivant par an) et d'un département de création artistique (avec une quinzaine de danseurs professionnels), l'association a bien évolué. Quinze de ses artistes, dont Gladys, vont se lancer à partir du 24 octobre dans un projet de création dédiée à la cérémonie des Jeux paralympiques de 2024, sous la houlette de Robert Swinston, ancien danseur et assistant du grand chorégraphe américain Merce Cunningham.

La danse, une bouffée d'oxygène

La compagnie, qui a huit créations à son actif, travaille aussi depuis des mois sur deux spectacles, « Esquisses » et « Passage », qui seront présentés dès novembre dans des salles en Ile-de-France. « La possible échappée » s'associe par ailleurs au groupe Univi (médico-social) autour d'une étude visant à mesurer l'impact de la danse sur la santé grâce à des ateliers dans des Ehpad. « Le mot 'possible' me plaît beaucoup car ça permet d'aller vers des chemins qu'on pense fermés, assure Mme Mépuis. L'échappée évoque à la fois un terme de danse classique (échappé) et l'échappée en tant que bouffée d'oxygène. » L'artiste préfère éviter les termes « danse inclusive » ou « adaptée », tout comme Gladys Foggea. « Ça bouge différemment mais on retrouve cette même liberté qu'une personne valide », explique la danseuse guadeloupéenne. Elle vit aujourd'hui pleinement sa passion, notamment avec « Passage », dans lequel elle interprète un duo avec un danseur de l'Opéra de Paris, Maxime Thomas (voir vidéo ci-contre). « Il ne connaissait pas le handicap, je n'avais jamais travaillé avec des danseurs de l'Opéra et, étonnement, on a 'matché' », sourit-elle.  

Son rêve de danseuse brisé ?

Durant des répétitions au Centre Maurice Ravel (12e arrondissement de Paris), le danseur se laisse porter par elle et par le fauteuil roulant qu'elle fait tournoyer, ou s'y appuie pour faire une arabesque. Gladys danse aussi un étonnant tango avec Sabrina Roger, également en chaise roulante. « Il faut allier les déplacements du fauteuil et les bras, c'est ce qui va faire la beauté des mouvements », affirme l'artiste, qui avait été percutée par une voiture et qui pensait son rêve de danseuse brisé à jamais. Plus qu'un objet pour se déplacer, le fauteuil roulant fait partie intégrante de la création. « Souvent, quand on est paraplégique, on a la sensation d'être coupé en deux. La danse m'a vraiment permis de rattacher les jambes avec le tronc et de me réconcilier avec ce corps », ajoute-t-elle.

Le fauteuil, un accessoire artistique ?

Sabrina Roger a envie que les gens viennent « non pas pour voir des personnes en fauteuil mais un spectacle ». Elle se souvient avoir été embauchée une fois sur vidéo par quelqu'un qui pensait que le fauteuil était un accessoire artistique. Atteinte d'une maladie génétique provoquant des troubles de la coordination, l'artiste, formée à la danse classique, peut tenir des moments sur ses jambes, ce qui ouvre encore des possibilités d'alterner positions debout et assises. « Le jour où j'ai perdu l'équilibre (...), j'ai commencé à danser avec le déséquilibre, à jouer avec l'inertie », se rappelle-t-elle, espérant collaborer avec d'autres chorégraphes. Maxime Thomas, lui, dit avoir vu sa créativité « stimulée » par le seul fait de chercher des solutions différentes. Et de constater qu'il y a, au final, « beaucoup de points communs ».

Illustration article
Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2022) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.