Japon: la mort pour le meurtrier de 19 résidents handicapés

Un tribunal japonais a prononcé la peine de mort à l'encontre d'un homme reconnu coupable d'avoir assassiné 19 personnes handicapées mentales, l'une des pires tueries de l'histoire du pays. Des personnes handicapées protestent contre cette sentence.

• Par

Thèmes :

Commentaires1 Réagissez à cet article
Illustration article

Satoshi Uematsu, 30 ans, n'avait pas contesté être l'auteur de ce massacre à l'arme blanche dans une résidence pour personnes handicapées mentales à Sagamihara (banlieue ouest de Tokyo) en 2016, où il avait auparavant travaillé. "La vie a été enlevée à 19 personnes. C'est d'une extrême gravité", a déclaré le 16 mars 2020 le juge Kiyoshi Aonuma du tribunal de Yokohama (Japon). "Il n'y a pas de place pour la clémence", a-t-il estimé. Le ministère public avait requis la peine de mort.

Mentalement perturbé ou haineux ?

Les avocats de M. Uematsu avaient plaidé non coupable durant son procès, affirmant que leur client était "mentalement perturbé" au moment des faits en raison de sa prise de produits stupéfiants. "Il a planifié son acte à l'avance et avait une intention extrême de tuer. Nous ne pouvons pas reconnaître là qu'il souffrait de maladies mentales liées à la marijuana", a déclaré le juge. Jugé pour six chefs d'accusation, dont celui de meurtre, M. Uematsu avait déjà signalé qu'il ne comptait pas faire appel du verdict, selon les médias japonais. Mais il a aussi estimé qu'il ne méritait pas la peine capitale.

La tuerie de Sagamihara avait eu un énorme retentissement au Japon, où le taux de criminalité est extrêmement faible. M. Uematsu avait aussi choqué l'opinion publique en revendiquant sa haine des personnes avec un handicap mental et en n'exprimant aucun remords dans des entretiens accordés à des médias locaux depuis sa prison.

Des personnes handicapées contre cette sentence

Pourtant, après cette sentence Le Figaro live livre le point de vue de personnes handicapées qui, attendant le verdict devant le tribunal, s'opposent à cette condamnation : « Ca n'aurait pas dû être la peine de mort. On aurait dû lui permettre de mieux apprendre. Je pense que c'est une erreur de décider qu'Uematsu est une personne particulièrement mauvaise », explique l'une d'elle qui fait partie d'un groupe d'entraide pour personnes avec un handicap mental. Elle se dit « dégoûtée » par l'argument du tueur selon lequel « ceux qui ne peuvent pas communiquer peuvent être tués » mais ajoute « si vous le tuez à cause de ce qu'il a fait, vous faites la même chose que lui ». Un autre juge que c'est la « société qui est mauvaise car elle a créé une personne » comme lui.

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2020) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires1 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
1 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.