Métiers autonomie : 12 plateformes pour booster le secteur?

Les métiers de l'autonomie n'ont pas la cote. Pour les redynamiser, le gouvernement lance une expérience dans 12 départements, via des plateformes dédiées. Trois ans pour mobiliser les professionnels de l'aide aux personnes âgées et handicapées.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

« Cap sur les métiers de l'autonomie » ? C'est ce qu'entend faire le gouvernement en développant des plateformes départementales des métiers de l'autonomie des personnes âgées et en situation de handicap, pour le moment une douzaine dans toute la France. Cette expérimentation, accompagnée et évaluée par la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie), doit s'étaler sur 36 mois.

Quels objectifs ?

Ces plateformes visent à mieux mobiliser les ressources humaines au plus près des territoires et à garantir un meilleur pilotage des parcours de formation et d'insertion professionnelle des métiers de l'autonomie. Elles entendent ainsi, via une synergie entre tous les acteurs, mieux coordonner le déploiement d'une palette de services à destination des demandeurs d'emploi, des salariés des établissements et services médico-sociaux (ESMS) et des employeurs. « En suscitant de nouvelles vocations, ces plateformes permettront de répondre aux besoins conséquents en recrutements », explique le cabinet de Brigitte Bourguignon, ministre dédiée à l'Autonomie. Afin d'assurer une meilleure prise en charge de la perte d'autonomie, le rapport El Khomri avait souligné l'urgence d'améliorer l'attractivité de ces métiers, un secteur « sous tension », d'autant que l'offre de formations et de certifications professionnelles du secteur manque de lisibilité. A cela s'ajoute la complexité de construire des parcours vers ces professions, renforçant davantage les problèmes de recrutement. Une situation rendue plus critique encore par la crise sanitaire actuelle (article en lien ci-dessous). Ces mesures doivent également permettre de mener des actions en faveur de la qualité de vie au travail (QVT) et de la lutte contre la précarité.

Pour quels publics ?  

Ces plateformes s'adressent à l'ensemble des publics susceptibles d'être intéressés par ces professions : jeunes, demandeurs d'emploi, personnes en reconversion, réfugiés…  Ils pourront bénéficier d'une aide pour construire leur parcours de professionnalisation. Un accompagnement individualisé vers un premier emploi, grâce à une formation qualifiante, leur sera proposé. D'autre part, ces plateformes départementales assureront le rapprochement des besoins en recrutement des employeurs du secteur avec les personnes intéressées.

Brigitte Bourguignon veut faire de ce dispositif un « creuset d'innovations » et encourage à le déployer sur l'ensemble du territoire. Pour ce faire, la CNSA lance un appel à projets sur ce dispositif (en lien ci-dessous). Les porteurs de projet (personnes morales) sont invités à déposer leur dossier entre le 1er février 2021 et le 15 mars 2021 (inclus).

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.