Théo Curin, para-nageur : ses premiers pas au cinéma

La détermination incarnée. Après avoir passé plusieurs castings sans succès, Théo Curin décroche le rôle principal de la nouvelle fiction TF1, Handi-gang. Le nageur quadri-amputé incarnera un lycéen en fauteuil qui milite pour plus d'accessibilité.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

Champion de natation, mannequin pour une marque de cosmétiques, chroniqueur et maintenant acteur... Rien ne semble arrêter Théo Curin. Le jeune nageur quadri-amputé incarnera un lycéen en fauteuil roulant préparant le bac dans la nouvelle fiction de TF1, Handi-gang, aux côtés d'Alessandra Sublet, sa maman dans le film, de Lola Dewaere et de Bruno Wolkowitch. « Après de nombreux castings, j'ai enfin décroché mon premier rôle ! Et pas n'importe lequel... Celui de Sam, l'un des personnages principaux », s'enthousiasme le jeune homme de 21 ans sur Twitter. Une opportunité, selon lui, de « casser les codes et de s'exprimer ». Début du tournage prévu le 16 août 2021 en région Rhône-Alpes.

Le pitch

Sam est au lycée comme tous les jeunes de son âge, ou presque, car Sam est en fauteuil roulant. Il vit avec sa mère, Djenna, qui l'élève seule depuis toujours et lui consacre sa vie. L'arrivée de Vincent, un nouvel élève va tout changer. Il fait prendre conscience à Sam de toutes les injustices qui les entourent, lui et sa bande de potes (son amie Nina, « aspi » (autiste asperger), Tom, malentendant ou encore Léandre non-voyant). Ensemble, ils vont créer un gang pour dénoncer le manque d'accessibilité et de considération qu'ils subissent au quotidien. Loin de se sentir victimes, ils souhaitent réveiller les consciences en tapant fort. Djenna s'inquiète en voyant son fils se rebeller car ce « gang », et les actions qu'ils mettent en place pourraient menacer son avenir. Alors que rien jusque-là n'opposait Djenna et son fils, aujourd'hui ils ne se comprennent plus. Elle se retrouve alors confrontée à un dilemme : s'immiscer dans la vie de Sam comme toute mère le ferait ou le laisser libre de ses choix pour enfin penser à elle…

Inspiré d'un roman militant

Cette fiction de 90 minutes s'inspire du roman éponyme de Carla Zina qui retrace l'histoire d'un adolescent handicapé vivant seul avec sa mère (article complet en lien ci-dessous). Entouré de sa bande de copains, valides ou pas, il « entreprend de régler le problème de l'accessibilité par l'action directe »… Le « gang » prévient : « Nous, handicapés polymorphes, autistes, sourds, aveugles, IMC ou à mobilité réduite voulons plus de représentations dans les médias, le corps médical, la fonction publique et au gouvernement. Nous sommes une force vive et il ne faudrait pas l'oublier, sinon on pourrait bien tout faire péter ! ». Lassés que le monde « appartienne aux valides », ces jeunes militants exigent plus de considération et d'aménagements.

Une réalisatrice engagée

L'adaptation sur petit écran a été confiée à Stéphanie Pillonca, qui a déjà réalisé plusieurs films sur le thème du handicap. Apprendre à t'aimer retrace le parcours d'un père qui se retrouve confronté au handicap de sa fille avec trisomie 21 (article complet en lien ci-dessous). Un long-métrage lumineux sur l'acceptation de la différence, au ton juste et sans pathos, diffusé sur M6 le 8 septembre 2020. « Un truc très français c'est de montrer le handicap dans la performance, des champions paralympiques..., moi j'avais envie de voir juste une famille normale », explique la réalisatrice. Avec Laissez-moi aimer, elle revient à ses premières amours, le documentaire, et infiltre une troupe de danseurs valides et handicapés qui se réapproprient leurs corps (article en lien ci-dessous).

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.