Carlotti prend la maltraitance à bras le corps !

Résumé : Après les images chocs diffusées sur M6 sur les violences subies par des enfants handicapés dans 3 établissements, MA Carlotti affirme des engagements fermes et non négociables pour lutter contre toute forme de maltraitance.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

La diffusion sur M6 d'un reportage sur la maltraitance des enfants handicapés dans certains établissements a suscité un vif émoi ! Marie-Arlette Carlotti a tenu à répondre à chaud pour éviter tout amalgame. Marathon médiatique le 22 janvier 2014 pour la ministre déléguée aux personnes handicapées qui, après avoir présenté ses vœux aux associations le matin, s'est rendue dans le Marais, à Paris, pour s'adresser aux journalistes. Cette rencontre avait lieu dans un établissement modèle, forcément, pour faire la preuve que tous ne sont pas logés à la même enseigne et que l'exception ne doit pas jeter le discrédit sur ceux qui s'impliquent avec respect auprès des enfants handicapés. C'est donc au sein de l'Institut médico-éducatif (IME) « Cour de Venise », qui accueille des jeunes autistes, que la ministre a tenu à faire ce point !

« L'Etat doit intervenir avec autorité »

« Personne ne peut rester insensible aux images de ces enfants handicapés violentés par ceux qui sont censés leur apporter soin et réconfort. » Elle a rappelé qu'elle avait pris, fin novembre 2014, la décision de placer l'institut de Moussaron, dans le Gers, incriminé dans le reportage de M6, dès qu'elle avait été informée de ces dysfonctionnements. Et d'affirmer qu'elle continuera à faire preuve de la plus grande fermeté avec les établissements dans lesquels des maltraitances auront été avérées. « Quand il s'agit de protéger l'intégrité des personnes, l'Etat doit intervenir avec autorité. Et c'est devant la justice que cela doit se traiter »

Création de 16 000 places

La maltraitance prend des formes diverses qui parfois se cumulent : dépistage tardif, absence d'accompagnement ou ruptures dans l'accompagnement, inadaptation des prises en charge, violences dans l'établissement... Contre toutes ces manifestations, la ministre certifie vouloir apporter plusieurs solutions. Tout d'abord la création de 4 000 places en 2014 (3 000 en 2013) avec priorité aux handicaps lourds et aux personnes handicapées vieillissantes, soit, au total, 16 000 entre 2012 et 2017. Auxquelles il faut ajouter les 3 000 places prévues dans le 3ème plan autisme pour « ne plus envoyer des enfants en hôpitaux psychiatriques lorsque ce n'est pas l'endroit pour eux » souligne-t-elle.

Evaluation obligatoire d'ici 2015

Même si Marie-Arlette Carlotti ne nie pas que des dysfonctionnements graves et inacceptables peuvent exister, elle affirme que « la quasi-totalité des établissements français sont de grande qualité parce que des critères très rigoureux sont exigés pour obtenir un agrément ». Certains passeraient néanmoins à travers les mailles du filet ! Dans cette optique de renforcement des contrôles, elle a rappelé que l'ensemble des établissements créés avant 2002 devaient procéder à une évaluation externe d'ici 2015, par un organisme indépendant. Aujourd'hui, seulement un tiers s'y sont livrés. La ministre confirme qu'il n'y aura aucun renouvellement d'autorisations délivrées à ceux qui n'auront pas procédé à cette évaluation d'ici fin 2014. Aucune dérogation ne sera accordée. Exprimant sa volonté « d'aller plus loin », elle a annoncé son intention de demander aux Agences régionales de santé (ARS) de « créer des missions d'inspection afin de réaliser des contrôles inopinés, en priorité auprès des établissements dont les évaluations auront fait apparaître des failles ».

3977 : affichage obligatoire

Par ailleurs, la ministre a assuré qu'elle demanderait aux associations gestionnaires de personnes handicapées de signer une charte où elles s'engagent à faire apparaitre dans leurs établissements, par voie d'affichage, les deux numéros nationaux d'appel contre la maltraitance (le 39 77 pour les personnes âgées et handicapées, le 119 pour les enfants), comme c'est déjà le cas dans les établissements scolaires. Enfin, pour rassurer les parents et professionnels, elle a affirmé que « la place d'un enfant ne sera jamais menacée par les parents qui prendront l'initiative de faire un signalement » pas plus que la carrière des professionnels qui dénonceraient des agissements inacceptables.

Collaboration avec la Belgique

Toutes ces réflexions seront certainement au cœur du Comité national de la bientraitance et des droits que Marie-Arlette Carlotti doit réunir la semaine prochaine avec son homologue Michèle Delaunay, ministre déléguée aux personnes âgées. La loi autonomie en préparation aura également pour objectif d'obliger les directeurs d'ARS à remonter tous les « sujets sensibles » directement au cabinet de la ministre. Et parce qu'un établissement belge était également épinglé dans ce reportage, madame Carlotti s'est engagée à mener des investigations conjointes avec son homologue wallonne pour « se battre contre les usines à Français ».

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 23-01-2014 par Stéphanie :
Le seul moyen de "se battre contre les usines à Français", c'est de créer le nombre de places suffisant en France ! Il faut donc que nos Ministres décident d'un budget suffisant en ce sens, et que les ARS lancent sans tarder des appels à projet. Il n'y a rien d'autre à faire. Le feront-ils ?

Le 23-01-2014 par Stéphanie :
Le seul moyen de "se battre contre les usines à Français", c'est de créer le nombre de places suffisant en France ! Il faut donc que nos Ministres décident d'un budget suffisant en ce sens, et que les ARS lancent sans tarder des appels à projet. Il n'y a rien d'autre à faire. Le feront-ils ?

Le 23-01-2014 par Joelle :
Madame la Ministre
Merci pour votre réactivité. Malheureusement,il y a plus de maltraitance au sens large du terme,que l'on peut imaginer,d'autant,que jusqu'ici,les contrôles ont été quasi inexistants Des pratiques, qui ne donnent pas de résultats,voir qui aggravent les signes ,sont aussi de la maltraitance .Il y a aussi lÉducation Nationale, pour l'inclusion scolaire.Les parents n'ont pas à avoir "des bâtons dans les roues"mis la plupart du temps (avec signalements souvent) par les équipes socio éducatives des écoles.Non l'autisme n'est pas une psychose et les encadrements AVS doivent avoir toute leur place.Le chef d'Etablissement ne devrait pas avoir le pouvoir de refus d'élève autiste,les Enseignants,un minimum de connaissances de l'autisme afin de préparer les autres élèves à l'accueil de ces enfants seulement différents
Je vous remercie
Mère et Grand Mère d'enfants autistes

Le 23-01-2014 par erwan :
que comptez vous faire en ce qui concerne l'eveil qui me semble un etablissement tres contestable en l'accueil de ces gens si differents des autres !! j'ai pour ma part 22 ans d'experience dans le milieu du polyhandicap

Le 25-01-2014 par anne :
Madame la Ministre,
Un signalement à l ARS, une plainte pour suspicion d'agression sexuelle faits en decembre 2013 concernant un IME de l ' est parisien. Personne n' est inquiété, les parents à l'origine de ces signalements subissent la colère et des représailles de la part de la direction. Briser la loi du silence, dans ce cas nuit aux familles seulement.
Une maman

Le 26-01-2014 par JPaul :
Bonjour Madame la Ministre,
Dommage que ces informations viennent d'un reportage; Ce qui hélas atteste, de par le temps perdu, soit d'une présentation par les instances en place, mensongère. Soit d'un problème de fonctionnement. Mais desormais, le temps presse. Ceux qui vous ont montré de fausses pistes, doivent être sévèrement sanctionné. Ces personnes ont entretenu, la souffrance et le délit. Ils est plus que temps de mettre fin à des années d'utilisation des enfants, de hontes, de retards, de méthodes, de concepts d'un autre temps, de clientélismes et d'arrangements. Vous avez besoin d'aide pour cela. La meilleure viendra des parents concernés. Imposer le Control parental inopiné dans tous les Etablissement!!! par exemple. Créez une autorité, indépendante et parentale. Respectueusement.

Le 26-01-2014 par ALINE :
Madame la Ministre, ce reportage montrait des images choquantes, d un autre temps, ces enfants semblaient etre dans des camps ! Une reflexion de l Europe sur le sujet est a envisager d urgence. Merci pour votre investissement.

Le 30-01-2014 par DEJEAN :
L'instruction interministérielle du 24 décembre 2012 "sport santé bien-être" souligne la nécessité de lutter contre la sédentarité des personnes en situation de handicap, par une pratique régulière d'APS, permettant de retarder la dépendance. Il est préconisé d'intégrer les Activités Physiques dans les plans personnalisés de compensation et dans les projets d'établissements. L'absence d'évaluation de ces aspects de santé publique dans certaines évaluations externes, ne conduit-elle pas à une non-bientraitance, en abandonnant les personnes dans une grande sédentarité, nuisible à leur santé!!!

Le 30-01-2014 par Alain06 :
le jour ou l etat reformera la securité sociale les Mdph et avoir une coordinationparfaite avec les autres administrations emploi CAF etc c 'est une honte actuellement de constater que les handicapés reviennent très chers aux collectivités locales vu , que d avoir un logement social est très dur à obtenir , pire , au niveau emploi les CAP EMPLOI assument strictement rien et ne font rien pour ma part je me suis desinscris de POLE EMPLOI ET DE CAP EMPLOI on m ' à coupé a CAF pas grave car la perte de revenu , me contrains a reclamer plus d 'aides , nous sommes gérés par des incapables qui ne comprennent pas les besoins des personnes handicapées seul Acces Plus de la SNCF permet de voyager dans de tres bonne conditions

Le 30-01-2014 par Alain06 :
RASSUREZ VOUS MME CARLOTTI en à rien à péter elle réponds pas aux courriers que je lui ai envoyés !

Le 07-02-2014 par nao :
La maltraitance est malheureusement "de parquer des enfants dys dans une catégorie et assimiler à un handicap moteur. Ma fille ado est dys on la met dans un fauteuil pour le sport alors qu'elle est valide.
On ne lui accorde aucun ajustement sous prétexe qu'elle est en classe à petit effectif.
IL n'y a pas de classe ULIS DYS dans le 93, et c'est presque impossible de changer de département alors que les textes parlent de l'ile de FRANCE. Si nos enfants n'ont pas accès à l'éducation comment pourront-ils travailler un jour.
Une maman qui aimerai faire avancer les choses et qui aime sa fille

Le 13-02-2014 par alain06 :
et les adultes handicapés , mon état de santé s étant très aggravé je me suis désinscris de moi même de Pole Emploi et CAP Emploi cette association m ' à laissé sans nouvelles pendant plus d ' un an , la commission de la lutte de l ' insertion à décidée de refuser les aides escomptées je perçois plus la CAF
J ai renvoie au Président du CG 06MR CIOTTI ma carte d ' électeur déchirée pour lui dire que j ' ai honte d ' être français , et que j ignorai qu il fallait magouiller comme nos élus ministres plutôt que d ' être honnête j ' ai donc demandé le refus d 'autres aides publics puisque les handicapés sont exclus de la société et discriminés déjà par leur revenus et handicap

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr