Sophie Cluzel : AVS, pour la rentrée, tout est bouclé

Résumé : La diminution des contrats aidés n'affectera pas l'accompagnement des élèves en situation de handicap lors de cette rentrée, a déclaré Sophie Cluzel, estimant qu'il faudrait rapidement remettre à plat ce statut qui n'est pas satisfaisant.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Interrogée sur RTL le 30 août 2017, Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées, a assuré qu'aucun enfant ayant besoin d'un accompagnant « ne sera laissé sur le bord du chemin » cette année. « Il y a des problèmes de recrutement, c'est indéniable », a toutefois ajouté la secrétaire d'État. « Peut-être que l'accompagnant ne sera pas là le jour J mais il sera là dans les semaines qui suivent ».

50 000 contrats sanctuarisés

Au lendemain de la présentation de la rentrée scolaire par le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, Mme Cluzel a confirmé les chiffres annoncés : 50 000 contrats aidés d'auxiliaires de vie scolaire (AVS) « sanctuarisés » pour l'accompagnement des enfants handicapés, auxquels s'ajoutent 30 000 contrats d'AESH (accompagnant d'élève en situation de handicap). Selon Mme Cluzel, « tout a été bouclé » à partir des besoins recensés cet été auprès des Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), qui étudient les demandes de parents et délivrent des notifications à ceux dont les enfants nécessitent un accompagnement à la scolarité.

Un statut pas satisfaisant

« Il nous fallait 80 000 accompagnements pour honorer toutes les notifications », a-t-elle dit, précisant que « plus de 150 000 élèves » en situation de handicap « n'ont pas besoin d'accompagnants ». Pour parvenir à ce chiffre, « il y a des contrats aidés qui sont en cours de recrutement, Pôle emploi a été mobilisé ». Néanmoins, elle a estimé que ce statut n'était « pas satisfaisant ». « Ce n'est pas pérenne, pas professionnel », a-t-elle dit, relayant les principales critiques formulées depuis de nombreuses années par les AVS embauchés en contrat aidé. Selon elle, ils perçoivent 680 euros nets mensuels pour 24 heures de travail hebdomadaire.

Une concertation dès octobre

Sophie Cluzel a donc annoncé qu'au mois d'octobre, il faudrait « se mettre autour de la table avec le ministre de l'Éducation nationale et la ministre de l'Enseignement supérieur pour remettre à plat ce statut des accompagnants ». « On a un chantier magnifique de professionnalisation pour créer des emplois pérennes, de 35 heures par semaine, qui peuvent aller sur le temps scolaire, sur le temps hors scolaire, dans les centres de loisirs, les stages et dans l'insertion professionnelle », a-t-elle ajouté.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 30-08-2017 par chanel :
 Il y a un gouffre entre ces deux promesses !
1/ aucun enfant ayant besoin d'un accompagnant « ne sera laissé sur le bord du chemin » 

2/  tout a été bouclé à partir des besoins recensés auprès des MDPH,

Ce recensement n'indique en rien les besoins réels des élèves, mais seulement les réponses accordées par les équipes pluridisciplinaires puis les CDAH dans lesquelles siège, rappelons-le, un représentant de l'Education Nationale : Il est flagrant que chaque notification est calculée en fonction du vivier d'accompagnants disponibles dans l'académie et du nombre de postes budgétés à l'aveugle et avec grande parcimonie pour la rentrée suivante.
Autrement dit, on ajuste la « demande » à l'offre, et non pas l'offre aux « besoins ».
Il est clair 80 000 emplois à temps partiel couvriront très mal les « besoins » de 150 000 élèves et ce chiffre ne tient aucun compte des besoins invisibles que sont les milliers d'élèves déscolarisés, aute d'adaptation suffisante de l'EN.

Le 30-08-2017 par Gaëlle 06 :
Bien qu'en attente de renouvellement de mon contrat d'AVS qui s'est terminé le 22 août,je ne sais toujours pas si je serais auprès des 2 petits garçons qui comptent sur moi à la rentrée.J'espère en effet que cette fonction pourra être revalorisée afin de reconnaitre à sa juste valeur le travail effectué auprès des enfants en situation de handicap.Merci à vous de relayer l'information .

Le 30-08-2017 par Gaëlle 06 :
J'espère vraiment en tant qu'AVS en contrat aidé pouvoir continuer à travailler sereinement auprès d'enfants qui ont besoin de moi et que ma fonction soit reconnue et pérenne.

Le 31-08-2017 par Yves Briand :
Madame Sophie cluzel semble singulièrement ignorée que bien des AESH (en CDD/CDI droit publique et en CUI-CAE droit privé) sont à temps incomplet (55% en moyenne et au Smic).
Par ailleurs, il y a quelque chose de malsain à déclarer que s'agissant leur statut "Ce n'est pas pérenne, pas professionnel". Est-ce bien le rôle et la fonction d'une secrétaire d'état aux personnes handicapées, se revendiquant de sa seule expertise de parent d'un enfant handicapé, de juger du professionnalisme d'un personnel accompagnant AVS et AESH actuellement en poste dans l'éducation nationale.

Le 31-08-2017 par chanel :
Ceci dit ce gouvernement fait sa première rentrée et n'est pas responsable de la situation.
Espérons être entendus d'ici là.
Il faudra faire un état

Le 31-08-2017 par Cathy 13 :
Bonjour
Je suis AVS depuis novembre 2014 jai moi même une RQTH je m'investie à fond dans mon métier pourtant je sais qu'il ne sera pas pérenne !!! J'ai un grand espoir d'avoir un contrat de 30/35 h en CDI d'ici deux ans
Mais parfois j'ai du mal à y croire
Tout repose dans les mains de notre président Macron et de notre ministre de l'éducation nationale
J'espère que Mr macron n à pas envoyé dès promesse en l'air lors de son face à face avec Mme Le Pen ( je site : nous nous occuperons des emplois aidés nous les pérenniserons et ils seront reconnus à part entière)
J'espère que toutes ces paroles seront mises en application
Merci

Le 01-09-2017 par roux :
les emploi aidés sont indispensables pour personnes handicapés ce n'est pas un luxe c'est pouvoir vivre simplement

Le 03-09-2017 par Canard :
Je suis moi même avs et mon contrat s'est arrêté le 31 juillet 2017 et n'a pas été renouvelé
J'étais AVS en classe ULIS et j'étais très s l'aise avec les élèves en situation de hdnficzo (des dyslexiques dyspraxisye et style autistique ) mon travail était de suivre ses élèves et de les accompagner dans des classes de géo et svt
Cette année s'était tres bien passée et dommage que les places d'AVS en cui/CAE n'ont pas été renouvellees alors que tant d'enfant en situation d'handicap attendent une AVS et M Macron nous avais promis lors de sa campagne de creeer des emplois dAVS
En espérant que ses promesses seront tenus et que des postes seront créés

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr