Extraordinary Attorney Woo, la série sur l'autisme à succès

Netflix poursuit sur sa lancée avec des contenus 100 % handicap. Le dernier-né en date : "Extraordinary Attorney Woo", une série sur l'autisme, arrivée en tête des programmes télévisés non-anglophones et reconduite pour une 2e saison.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Après Love on the spectrum (article en lien ci-dessous), Netflix continue d'explorer le sujet de l'autisme avec sa série Extraordinary Attorney Woo. Diffusée pour la première fois le 29 juin 2022, la production sud-coréenne en 16 épisodes d'une heure suit le quotidien de Woo Young-woo, une brillante avocate avec autisme qui doit jongler entre les différents aspects de sa « dyade autistique ». Douée d'une intelligence hors norme et hypermnésique, elle s'emmêle souvent avec ses émotions, sans jamais pourtant décevoir ses collègues et ses clients. S'il fait parler de lui en Corée, ce « K-drama » a aussi conquis l'international. Avec ses 67 millions d'heures visionnées en cinquième semaine de diffusion, elle est devenue la série non-anglophone la plus regardée et la seconde toute langues confondues, selon le site Stellarsisters spécialisé dans les dramas coréens. Résultat, Netflix reconduit ses droits de diffusion pour une deuxième saison. Celle-ci devrait voir le jour en 2024.

Une série « feel good »

Les fans de la série devraient revoir leurs acteurs préférés, à commencer par Park Eun-bin, qui campe le personnage de Woo Young-woo. Si l'actrice de 29 ans n'est pas elle-même autiste, elle a été saluée par la critique pour la qualité de son jeu, déclarant en conférence de presse avoir souvent douté : « Je me demandais sans arrêt si je devais jouer comme ceci ou comme cela. Puis, j'ai trouvé la réponse en réalisant que, au lieu penser à mon jeu d'actrice, je devais d'abord me concentrer sur ce que je ressentais. », apprend-t-on dans Stellarsisters. La série a le mérite de soulever de nombreux sujets sociétaux, notamment les préjugés subis par les personnes vivant avec ce trouble neurodéveloppemental, sans jamais perdre son côté « feel good ».

Illustration article
Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Clotilde Costil, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.