Former le médico-social : France relance déploie les moyens

Comment rendre attractifs les métiers du secteur sanitaire et médico-social, en première ligne dans la crise actuelle ? En améliorant la formation. Le plan France relance déploie des moyens pour faire face à cette "priorité".

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

Manque de moyens, sous-effectif, salaires insuffisants... Alors que des syndicats appellent les salariés des secteurs du sanitaire, social, médico-social et de l'aide à domicile à une journée de grève le 8 avril 2021 pour dénoncer « l'austérité qui ne fait que s'aggraver » (article en lien ci-dessous), comment rendre plus attractifs ces métiers, de plus en plus indispensables, notamment face au défi du vieillissement de la population ? Le plan France relance entend miser sur la formation. Ainsi, 16 000 places supplémentaires vont être créées dans les formations sanitaires et sociales (6 000 infirmiers, 6 600 aides-soignants et 3 400 places d'accompagnants éducatifs et sociaux), promet le gouvernement. Pour Brigitte Bourguignon, ministre déléguée chargée de l'Autonomie, l'attractivité de ces emplois constitue un « enjeu crucial ».

2 100 formations d'ici 2022

Avec Elisabeth Borne, ministre du Travail, elles ont également annoncé le 30 mars 2021 l'octroi de nouveaux financements pour la formation continue de 1 000 salariés supplémentaires au métier d'aide-soignant et 1 110 à celui d'accompagnement éducatif et social. « En première ligne dans la crise sanitaire, ces salariés doivent être accompagnés à la hauteur de leur investissement », a jugé Elisabeth Borne. Prévues sur 2021 et 2022, elles représentent une enveloppe globale de 92 millions d'euros issue du plan France Relance, dont 78 millions au titre de la promotion par alternance. Ces formations devraient permettre, selon la ministre, « une réelle montée en compétences et un parcours professionnel évolutif ».

Des référentiels revus

Par ailleurs, les référentiels aide-soignant et accompagnant éducatif et social ont été revus pour créer les conditions opérationnelles du développement de l'apprentissage. Ils seront présentés en Commissions professionnelles consultatives (CPC) en avril 2021, puis diffusés à l'ensemble des acteurs. Plus souples, ils permettront d'organiser différemment l'alternance entre périodes de stage et formation. 

Et l'accompagnement à domicile ?

Enfin, les ministres ont rappelé « l'importance de revaloriser les services d'aide et d'accompagnement à domicile, particulièrement en ce qui concerne les salaires conventionnels en dessous du SMIC ». Des discussions sont engagées avec les partenaires sociaux de cette branche ainsi qu'avec l'Assemblée des départements de France (ADF) pour garantir ces revalorisations et notamment la mise en œuvre de l'avenant 43 à la convention collective de la branche de l'aide à domicile.

Bilan des actions en cours

Par ailleurs, un bilan a été dressé des dernières mesures prises en faveur de ce secteur. La campagne « Un métier pour nous » a notamment permis de satisfaire près de 16 300 offres d'emploi en EHPAD et 34 000 à domicile, soit 80 % des offres mises en ligne. Plus de 5 000 formations courtes d'appui au métier d'aide-soignant ont été proposées par l'Etat et déjà près de 2 500 demandes de formation ont été exprimées. Enfin, l'appel à projet pour constituer des plateformes départementales des métiers de l'autonomie a recueilli plus de 60 candidatures dont 22 émanant de conseils départementaux.

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.